Vue d’artiste de Coryphodons, mammifères préhistoriques de la taille d’un ours brun — © Anton Wroblewski

Un large ensemble d’empreintes fossilisées a récemment indiqué que les grands mammifères préhistoriques se rassemblaient sur les littoraux des millions d’années plus tôt que nous le pensions.

Des milliers d’empreintes fossilisées

Dans le cadre de travaux présentés dans la revue Scientific Reports, Anton Wroblewski, de l’université de l’Utah, et Bonnie Gulas-Wroblewski, du Texas A&M Natural Resources Institute, ont photographié et examiné le site des empreintes, sur lequel Wroblewski était tombé pour la première fois en 2019, alors qu’il cartographiait des roches s’étant formées sur un ancien littoral, aujourd’hui situé dans le Wyoming.

L’analyse de fossiles de plantes situés dans les couches sédimentaires supérieures a indiqué que les empreintes avaient environ 58 millions d’années, faisant d’elles les plus anciennes preuves directes de l’utilisation des environnements marins par les mammifères. À titre de comparaison, les premières traces de la présence de baleines proviennent de roches s’étant formées 9,4 millions d’années plus tard.

Les empreintes fossilisées de mammifères remontant à 58 millions d’années ou antérieures à cette date sont extrêmement rares : il ne s’agit que du quatrième site connu à abriter de telles traces, et le premier au monde où les empreintes ont été trouvées à proximité d’un ancien littoral.

Photographie montrant une partie des empreintes découvertes par les paléontologues — © Anton Wroblewski

« Les autres sites ne comptent que quelques dizaines d’empreintes. Celui-ci en abrite des milliers, ce qui permet de mieux comprendre comment ces animaux se déplaçaient et ce qu’ils faisaient », explique Wroblewski. Au total, les scientifiques ont relevé des empreintes dans quatre couches distinctes de sédiments, renvoyant toutes à l’époque où la région était un delta côtier.

Un périple fréquent

« Nous ne savons pas exactement quelle période est couverte par ces quatre couches, mais elle se compte probablement en milliers, voire en dizaines de milliers d’années », explique Wroblewski. « Elles nous indiquent que ces animaux se sont rendus sur la côte pendant des dizaines de milliers d’années. C’est quelque chose qu’ils faisaient régulièrement. »

Au moins deux types de mammifères étaient à l’origine des empreintes. Bien que celles à quatre doigts ne puissent être associées à aucune créature connue de l’époque, les empreintes de pas à cinq doigts ont probablement été laissées par le Coryphodon, un animal ressemblant à un hippopotame.

« D’une certaine manière, c’est une extension de l’existence temporelle du Coryphodon », estime George Engelmann de l’université du Nebraska. « Le fait d’observer cette association environnementale signifie qu’il sera possible de chercher dans d’autres zones où ces environnements sont préservés pour voir si des empreintes pourraient y être identifiées. »

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de