Aux États-Unis, les manifestations contre les violences policières, le racisme, mais également la réaction du président Trump face à la situation, continuent de faire rage dans de nombreuses villes. Si certains réseaux ont préféré supprimer les messages du président considérés comme « appelant à la haine », d’autres, dont Mark Zuckerberg, ont décidé de laisser Trump s’exprimer librement. Face à cette décision du créateur de Facebook, les employés du réseau social ont décidé de réaliser une manifestation virtuelle.

Twitter, le nouvel outil privilégié par le personnel de Facebook durant les manifestations

Les employés de Facebook ont organisé une rare manifestation contre l’entreprise pour avoir autorisé la publication des messages controversés du président Donald Trump qui, selon eux, pourrait inciter à la violence. En effet, Mark Zuckerberg a déclaré qu’il fallait laisser le président américain s’exprimer. Les employés, qui ont commencé à critiquer publiquement le réseau social et son dirigeant sur Twitter, ont ainsi intensifié leur désapprobation en organisant une manifestation virtuelle et en changeant symboliquement les photos de profil de leur lieu de travail par le logo de Twitter.

Dans le cadre de la manifestation, certains employés ont ainsi décidé de cesser momentanément de travailler pendant une journée, ajoutant un message automatisé à leurs profils numériques et leurs réponses par courrier électronique disant qu’ils ne travaillaient pas. Face à cela, les responsables des ressources humaines de Facebook ont demandé à ce que les employés en grève ne soient pas sanctionnés, témoignant ainsi leur soutien face à la manifestation, a rapporté CNN. En outre, d’autres membres du personnel ont fait circuler des pétitions et ont menacé de démissionner si des mesures n’étaient pas prises par l’entreprise.

Face à l’ampleur de la situation, Facebook a décidé de reconnaître la légitimité de la grève et a déclaré que l’entreprise n’allait pas obliger les employés qui manifestent à utiliser leurs congés payés par rapport à leur journée d’absence. À noter que ces manifestations interviennent après que Twitter a décidé de masquer les tweets du président américain et de les accompagner d’un message de prévention. Le réseau social rival de Facebook a expliqué que cette décision a été prise car les messages de Trump violaient les règles de Twitter sur la glorification de la violence.

— iLaura Hutton / Shutterstock.com

Mark Zuckerberg : un soutien personnel envers la manifestation, mais une politique professionnelle tournée vers la liberté d’expression

De son côté, Mark Zuckerberg n’a pas encore décidé de répondre à la sollicitation de ses employés. L’une de ses publications avant le début des manifestations annonçait cependant clairement sa position face à la situation. Il avait notamment déclaré : « J’ai eu du mal à savoir comment répondre aux tweets et aux messages du président. Personnellement, j’ai une réaction viscérale négative à ce genre de rhétorique conflictuelle et incendiaire. Mais je suis responsable de réagir non seulement à titre personnel, mais en tant que leader d’une institution engagée dans la liberté d’expression. »

Après cette publication annonçant sa décision de ne pas réagir face aux messages de Donald Trump et de toujours favoriser la liberté d’expression, Zuckerberg a tenu a manifesté son soutien au mouvement de protestation en apportant un soutien financier de 10 millions de dollars à des groupes travaillant sur la justice raciale. Malheureusement, cette marque de soutien n’a pas été suffisante pour apaiser la colère de certains de ces employés qui ont même décidé de déposer leur démission si Zuckerberg et Facebook ne se décident pas à prendre les mesures nécessaires face à la situation.

1
COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
0 Auteurs du commentaire
Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
trackback
Des dizaines de scientifiques, financés par le patron de Facebook, lui enjoignent de "freiner" Trump

[…] Cela lui a valu une pluie de critiques, y compris de la part de ses employés, qui ont organisé une manifestation virtuelle. À présent, ce sont des dizaines de scientifiques, financés par Mark Zuckerberg lui-même, qui lui […]