L’énergie renouvelable, un secteur toujours plus porteur avec un taux d’emploi record en 2016

En 2016, le secteur des énergies renouvelables employait 9,8 millions de personnes, quasiment deux fois plus qu’en 2012 à l’échelle mondiale. D’ici 2030, le chiffre devrait atteindre les 24 millions.

L’énergie renouvelable en croissance

Les chiffres sont fournis par l’Agence internationale des énergies renouvelables (Irena) implantée à Abou Dhabi, qui vient de publier le bilan annuel 2017 des emplois liés aux énergies renouvelables. Si en 2012, le secteur employait 7 millions de personnes, il est aujourd’hui à l’origine de 9,8 millions d’emplois.

Comment ? Le texte cite « la baisse des coûts et l’adoption de politiques favorables, qui ont stimulé les investissements et l’emploi ». Adnan Amin, le directeur général de l’agence, précise :  » Au cours des quatre dernières années, par exemple, le nombre d’emplois dans le secteur photovoltaïque et le secteur éolien a plus que doublé « , a affirmé le directeur général ».

L’évolution en fonction des pays

Les 9,8 millions d’emplois sont atteints si on tient compte des grands projets hydrauliques, qui ajoutent un million au total. Les taux d’emploi les plus élevés dans les énergies renouvelables se trouvent aux États-Unis, au Japon, en Chine, au Brésil, en Inde et en Allemagne. En Chine, le secteur représente 3,46 millions de personnes (3,4% de plus qu’en 2012).

C’est l’Asie qui affiche le plus grand taux de création d’emplois dans les énergies renouvelables, et plus particulièrement la Malaisie et la Thaïlande. Ce pays est d’ailleurs devenu le plus important fabricant photovoltaïque au monde, secteur particulier qui emploi le plus de personnes parmi les énergies renouvelables.

Le cas de la France

Malgré les 8 000 postes perdus, la France reste le deuxième plus grand employeur d’Europe dans les énergies renouvelables, avec 162 100 emplois en 2015. Près d’1,4 millions d’emplois devraient cependant être créés d’ici 2030, dont 330 000 en lien direct avec les énergies renouvelables, sous l’impulsion des accords de Paris sur le climat de  2015.

Au niveau mondial, M. Amin explique ses espérances :  » atteindre les 24 millions d’ici à 2030, compensant les pertes d’emplois dans le secteur des combustibles fossiles, [les énergies renouvelables] devenant un moteur économique majeur à travers le monde « .


89 milliards de litres d’eau sont mis en bouteille et consommés chaque année dans le monde, soit 2822 litres chaque seconde !

— @DailyGeekShow