Suivez le quotidien monotone d’Alice, la dernière humaine à occuper un travail dans un monde dominé par les robots

La technologie et son développement toujours plus rapide ont de quoi éveiller notre intérêt. Surtout quand on prédit que les robots occuperont, dans l’avenir, un grand nombre de nos emplois. C’est ce que met en évidence « The last job on Earth », une animation originale et philosophique. SooCurious vous présente cette réalisation originale et révélatrice des dangers présentés par la robotique.

« The last job on Earth » met en scène une jeune fille, Alice, vivant dans un monde futuriste où tout est automatisé. De son état de santé à ses vêtements, tout dépend des machines qui l’entourent et l’accompagnent quotidiennement. Surtout, Alice est la dernière humaine, sur Terre, à disposer d’un emploi.

The-last-job-11

Mais le film, réalisé en collaboration avec le studio The Moth Collective et le journal britannique The Guardian, montre une autre réalité de ce monde hypothétique où l’Homme ne travaillerait plus : l’appauvrissement de la population. Car dans cette société entièrement robotisée, seule une petite partie des individus possèderait la technologie, s’enrichissant par son biais, mais laissant le reste des Terriens sans emploi, sans utilité et sans ressource.

La fin de l’animation se ponctue d’ailleurs de deux citations révélatrices. La première est celle de Moshe Vardi, professeur d’informatique à l’université Rice, aux Etats-Unis, qui estime que « les machines pourraient occuper 50 % de nos emplois durant les 30 prochaines années ». Autre éminent scientifique, Andy Haldane, économiste en chef à la Bank of England, estime que « les machines assument déjà des tâches qui paraissaient impensables – sinon inimaginables – il y a 10 ans ».

The-last-job-10

The-last-job-9 The-last-job-8 The-last-job-7 The-last-job-6 The-last-job-5 The-last-job-4 The-last-job-3

The-last-job-1

The-last-job-2

Cette animation est superbement réalisée, par la qualité des dessins, mais surtout par le message qu’elle véhicule. Car l’oeuvre a le mérite de mettre en garde, d’une manière subtile, contre la place trop importante octroyée aux machines qui pourraient, à terme, condamner l’Homme à ne plus être utile à rien. Si ce genre d’oeuvre vous intéresse, découvrez cette animation déroutante qui dénonce la relation irrationnelle que l’Homme partage avec la nature.


Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux