Le développement embryonnaire et la couvaison chez les oiseaux sont absolument passionnants. À ce sujet, une nouvelle étude suggère que les oiseaux, qui sont encore dans leur coquille, sont capables de communiquer un potentiel danger aux autres œufs du même nid. Cette manœuvre, absolument bluffante, se déroulerait grâce à des vibrations, directement produites avec les coquilles. Explications.

Un système complexe

Tous les détails de cette nouvelle étude ont été publiés dans la revue Nature Ecology & Evolution. Les biologistes espagnols ont ainsi découvert que les embryons d’oiseaux étaient capables de communiquer en faisant vibrer leur coquille. Jusqu’alors, nous savions que les embryons de bien des espèces d’ovipares étaient capables de sentir la présence proche de prédateurs. En revanche, cette étude avance le fait que des individus d’une même couvée sont capables d’établir un véritable système de communication entre eux.

Pour arriver à cette conclusion, les chercheurs ont recueilli des œufs de goéland à bec jaune (l’espèce se nomme Larus michahellis). Ensuite, trois œufs étaient réunis et placés dans des incubateurs. Quatre fois par jour, deux des trois œufs étaient retirés de chaque couvée, puis placés dans une boîte qui imitait le cri d’un prédateur. Tout cela dans le but de simuler une attaque réaliste, comme il pourrait y en avoir dans le milieu naturel de ces animaux. Enfin, le troisième œuf n’était pas perturbé et restait seul. 

Cela concernait donc le premier groupe d’oiseaux, car le second subissait le même sort, mais sans la simulation du cri du prédateur. Ainsi, les scientifiques ont pu mesurer toutes les conséquences que peut avoir un son que les oiseaux perçoivent comme un danger immédiat. Quand l’expérience avec la simulation du prédateur était finie, l’ensemble des œufs ont été remis ensemble, avec le troisième qui était resté seul, comme dans le premier groupe.

Des résultats très surprenants

Ainsi, comme nous vous l’avons dit, les scientifiques se sont aperçus que les oiseaux étaient capables de communiquer entre eux par un système de vibration de leur coquille. À ce sujet, les deux œufs du premier groupe qui avaient entendu le bruit du prédateur ont vibré bien plus que leurs semblables.

Ce n’est pas tout, puisque les conséquences se mesurent également quand l’oiseau sort de son œuf : son comportement est directement affecté, adoptant une posture bien plus défensive et prudente. Au niveau comportemental, tout cela était différent, avec une tendance à privilégier la discrétion, en s’accroupissant davantage que ses semblables, et en faisant beaucoup moins de bruit. Tout cela rentre en compte dans le cadre des différences physiologiques, et selon les chercheurs, cela provient du fait que les oiseaux sont capables de communiquer le danger à leurs compagnons.

Les auteurs de cette étude se sont également aperçus que ces oisillons présentaient des niveaux plus élevés d’hormones liées au stress, et une croissance avec un nombre réduit de mitochondries. Selon eux, cela montre bien que les oiseaux sont capables de s’adapter à leur environnement avant même d’éclore. Les chercheurs souhaitent continuer les expériences afin de déterminer le moment à partir duquel ces individus sont capables de communiquer avec leurs congénères…

— Vishnevskiy Vasily / Shutterstock.com

COMMENTEZ

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de