Reconstitution d’un embryon de dinosaure oviraptorosaure proche de l’éclosion, d’après « Baby Yingliang » — © Lida Xing

S’il est avéré que les oiseaux modernes sont les descendants directs des dinosaures, la récente analyse d’un embryon fossilisé de reptile préhistorique a mis en évidence cette relation de manière particulièrement frappante.

« Baby Yingliang »

Découvert dans des roches datant du Crétacé supérieur, dans le sud de la Chine, le fossile avait été acquis en 2000 par Liang Liu, directeur de la société chinoise Yingliang Group, spécialisée dans l’exploitation minière et la vente de pierres précieuses. Cependant, l’œuf de dinosaure fossilisé, vieux de 72 à 66 millions d’années, n’a bénéficié d’un examen approfondi qu’au cours de la dernière décennie, révélant la présence d’un embryon fossilisé complet à l’intérieur.

Le crâne profond et le bec caractéristique de la petite créature, rapidement surnommée « Baby Yingliang », avaient permis aux chercheurs de déterminer qu’il s’agissait d’un oviraptorosaure, famille de dinosaures à plumes probablement omnivores. L’œuf lui-même mesurait environ 17 cm de long, tandis que le corps recroquevillé de l’embryon atteignait une longueur de 27 cm.

Dans le cadre de travaux récemment publiés dans la revue iScience, une équipe de chercheurs de l’université de Birmingham et de l’université chinoise des géosciences a révélé que la posture de l’embryon était très similaire au mécanisme de « repli » déclenché par le système nerveux central des embryons d’oiseaux modernes.

Photo de l’embryon d’oviraptorosaure à l’intérieur de son œuf fossilisé — © Xing et al. / iScience 2021

Une posture communément adoptée par les oiseaux

Plus précisément, l’oviraptorosaure avait la tête inclinée, les pattes repliées de chaque côté du corps et le dos arqué pour suivre la courbe de l’extrémité effilée de l’œuf. Une posture n’ayant jamais été observée auparavant chez un embryon de dinosaure non avien, mais communément adoptée par les oiseaux et connue pour augmenter considérablement les chances de réussite de l’éclosion (une éclosion ratée entraînant généralement la mort).

Alors que l’on pensait que cette posture était propre aux oiseaux, cette nouvelle découverte suggère qu’elle pourrait en fait être apparue chez les dinosaures théropodes, dont les oviraptorosaures faisaient partie.

« Ce petit embryon de dinosaure ressemble à un bébé oiseau recroquevillé dans son œuf, ce qui prouve une fois de plus que de nombreux traits caractéristiques des oiseaux actuels ont d’abord évolué chez leurs ancêtres dinosaures », commente le professeur Steve Brusatte, de l’université d’Édimbourg.

1
COMMENTEZ

avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
Oh mon dieu Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Oh mon dieu
Invité

La nature n’a pas fini de nous surprendre