Toujours avoir un tampon ou une serviette hygiénique dans son sac n’est pas forcément évident. En effet, très chères, les protections hygiéniques ne sont pas faciles à obtenir, surtout lorsque l’on est dans une situation financière précaire. En Angleterre, le manque d’accès à ces protections entraîne un taux d’absentéisme élevé de la part des étudiantes. Face à une telle problématique, le ministère de l’Éducation a lancé depuis le lundi 20 janvier un programme entièrement financé visant à fournir des produits hygiéniques gratuits à toutes les écoles et tous les collèges du pays.

Un accès plus facile aux protections hygiéniques

Ce nouveau programme est conçu pour que tous les élèves aient un accès facile et gratuit aux protections hygiéniques dans l’ensemble des écoles et collèges d’Angleterre. Ainsi, à partir du lundi 20 janvier, les établissements scolaires du pays ont la possibilité de commander une gamme de produits hygiéniques fournis par Phs Group, fournisseur commercial spécialisé dans l’hygiène, les sanitaires et la propreté des sols, après un appel d’offres lancé en 2019. « Nous encourageons les écoles et les collèges à (…) effectuer leur première commande afin qu’ils puissent commencer à proposer des produits gratuits dès que possible« , a expliqué David Taylor-Smith, PDG de Phs Group.

Le programme DfE a été mis en place suite à un engagement pris par le gouvernement en 2019 : payer des produits aux écoles primaires et secondaires afin de lutter contre la précarité menstruelle. « Nous savons qu’il n’est pas facile pour tout le monde d’accéder aux protections hygiéniques quand elles en ont besoin. Ce programme souhaite veiller à résoudre ces problèmes afin que les jeunes puissent vaquer à leurs occupations quotidiennes sans être prises au dépourvu si elles ont leurs règles de manière inattendue, oublié de prendre avec elles des protections ou si elles ne peuvent pas se permettre d’acheter celles dont elles ont besoin« , a expliqué Michelle Donelan, ministre des Enfants et des Familles. Le manque de moyens pour certains jeunes est si important qu’une récente étude a pu montrer que 42 % des jeunes âgées de 14 à 21 ans au Royaume-Uni ont déclaré avoir déjà utilisé une protection hygiénique de fortune et certaines ont affirmé qu’elles ont même été obligées d’utiliser une chaussette, du tissu ou du papier pour la remplacer d’urgence.

Paul Whiteman, secrétaire général de la National Association of Head Teachers, salue les efforts du gouvernement pour avoir permis d’étendre ce programme à toutes les écoles. « Nous poussons le gouvernement à surveiller de près le nouveau programme, de sorte que si le nombre de demandes est faible au début, davantage doit être fait pour faire de la publicité au service et pour garantir que chaque élève puisse avoir accès à une protection hygiénique qui réponde à ses besoins.« 

Cette belle initiative devrait coûter jusqu’à 20 millions de livres sterling, soit 23 500 000 euros, en 2020 pour environ 1,7 million d’étudiantes. Les protections hygiéniques seront mises à disposition dans plus de 20 000 écoles et collèges. Les élèves auront également accès à des tampons écologiques et à des protections réutilisables.

— Brocreative / Shutterstock.com

Mettre fin au taux élevé d’absentéisme lié aux règles

Ce programme est également mis en place afin de lutter contre les nombreuses absences d’étudiantes lors de leur période de règles. « Les règles font partie de la vie de tous les jours et nous ne voulons pas que les jeunes manquent les cours à cause d’elles« , a expliqué Michelle Donelan, ministre des Enfants et des Familles. En effet, les répercussions des règles sur la vie sociale sont si importantes que plusieurs centaines d’étudiantes britanniques sont contraintes de manquer les cours. En mars 2018, une étude, réalisée au Royaume-Uni, avait d’ailleurs montré que sur 500 étudiantes de 10 à 18 ans interrogées, 7 % avaient raté les cours en 2017 car elles ne pouvaient pas se payer de protections hygiéniques.

Rosamund McNeil, secrétaire générale adjointe du Syndicat national de l’éducation, avait également précisé que plus de 137 000 élèves avaient raté les cours en 2018. « Aucune fille au Royaume-Uni ne devrait manquer l’école parce qu’elle ne peut pas se permettre d’acheter ces produits essentiels. » Suite à cela, des militants avaient appelé le gouvernement à mettre en place des mesures, craignant que davantage de filles manquent les cours pendant leurs règles.

— Birgit Reitz-Hofmann / Shutterstock.com

Briser le tabou sur les règles et sensibiliser sur la question

Les règles continuent également de faire l’objet de tabous. À cela s’ajoute une honte de ne pas pouvoir s’acheter les protections hygiéniques nécessaires, poussant d’ailleurs certains parents à voler ces produits en magasin afin que leurs filles puissent en avoir.

Amika George, fondatrice du groupe de campagne FreePeriods, s’est également mobilisée : « En tant que mouvement populaire dirigé par des étudiants, FreePeriods se bat pour que chaque enfant de ce pays puisse aller à l’école sans se soucier de leur prochaine serviette ou de leur prochain tampon. Pour la première fois de l’histoire, ce programme va s’assurer que cela devienne une réalité. » En 2017, cet organisme a commencé à mettre en place une campagne pour mettre fin au manque d’accès aux protections durant la période de règles. « Nous demandons aux écoles d’avoir des conversations ouvertes avec les élèves sur ce dont elles ont besoin et de commencer à les inscrire au programme. Aucun enfant ne doit manquer. Les produits gratuits dans les écoles garantiront que chaque élève puisse apprendre et être au meilleur d’elle-même, sans que les règles la perturbent. »

L’ambition du DfE de permettre aux jeunes d’avoir accès gratuitement aux produits menstruels contribue également à briser les tabous autour des règles et de sensibiliser sur la question. « Les produits hygiéniques sont une nécessité, pas un luxe, et nous pensons que fournir des produits gratuits pout les jeunes sera un changement bénéfique pour mettre en place une égalité en matière de période de règles« , explique David Taylor-Smith.

Ainsi, l’Angleterre s’inspire enfin d’une décision prise par l’Écosse en 2018 de financer des produits menstruels gratuits pour les jeunes Écossaises des écoles, collèges et universités à travers le pays, alors qu’une personne sur quatre avait des difficultés pour s’en procurer. En 2019, ce fut au tour du gouvernement gallois d’offrir gratuitement ces produits à toutes les écoles. En mars 2019, le NHS England a également annoncé que les femmes et filles hospitalisées recevraient des produits sanitaires gratuits selon leurs besoins.

Si le gouvernement français a évoqué au mois d’octobre 2019 vouloir instaurer la gratuité des protections hygiéniques pour lutter contre une précarité menstruelle élevée, une telle initiative n’a été mise en place que dans très peu d’établissements ou lieux publics, comme à l’université Bretagne Sud le 20 janvier 2020. Nous espérons qu’un programme similaire sera officialisé le plus rapidement possible dans l’ensemble de tous les établissements français afin de mettre fin à cette précarité menstruelle et aux tabous sur les règles.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de