L’école c’est l’apprentissage de la lecture, des mathématiques mais aussi de la vie en communauté. De nombreux enfants n’arrivent pas réellement à s’y intégrer et ont d’énormes difficultés de concentration. Pour y remédier, une école de Haute-Vienne essaye une nouvelle approche : les élèves sont libres de s’asseoir où ils veulent et de sortir de la classe.

 

La liberté et l’ergonomie au service de la pédagogie

C’est dans la ville d’Oradour-sur-Vayres en Haute-Vienne que le corps enseignant a décidé de tester une nouvelle technique afin de favoriser l’apprentissage des élèves. Dans cette petite école qui compte quatre classes seulement, les enfants ont la possibilité de circuler comme ils le souhaitent, et de s’asseoir là où ils se sentent à l’aise. Chaises classiques, mais aussi tabourets, poufs, galettes et ballons sont à leur disposition. Chacun peut choisir l’assise dans laquelle il se sent le mieux pour apprendre et travailler.

L’école va même plus loin, elle permet à tous ceux qui ont besoin de se dépenser de sortir de la classe. Les enfants peuvent alors courir et réaliser un petit parcours dessiné sur le sol du couloir avant de rejoindre les autres élèves. L’une des enseignantes de l’école explique que le but de cette méthode est de “concentrer leurs efforts non pas sur leur posture mais sur le travail qu’ils sont en train d’accomplir”.

© Pixabay

 

Des résultats positifs

Testée depuis la rentrée scolaire de septembre, cette méthode d’apprentissage semble bien fonctionner à Oradour-sur-Vayres. L’ergonomie pourrait donc servir la pédagogie des instituteurs des écoles primaires.

Mais cette méthode n’est pas nouvelle, elle est d’origine anglo-saxonne. “Au Canada, il y a des ergothérapeutes dans les écoles et c’est eux qui mettent en place le matériel pour que ce soit le plus adapté à la morphologie des enfants”, explique l’une des enseignantes. Celles-ci essayent donc de reproduire, à leur manière, des techniques déjà testées et approuvées outre-atlantique.

Les enfants paraissent eux aussi satisfaits de cette méthode où ils ne sont plus dans la même position pendant des heures et où ils ont le droit de “gigoter” à leur guise. Repenser totalement l’organisation des classes de nos écoles pourrait donc être une solution aux problèmes de concentration. Mais nul doute, qu’à plus grande échelle elle pourrait causer des soucis d’organisation.

COMMENTEZ

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de