Image d’illustration — OllieT / Shutterstock.com

En l’espace de quelques jours, plus de 450 dauphins-pilotes se sont échoués sur les plages de la côte ouest de la Tasmanie. Selon les autorités locales, il s’agit du pire évènement du genre que l’État insulaire ait connu.

Une véritable hécatombe

Ce lundi, 270 globicéphales ont été retrouvés échoués sur des bancs de sable et le long de la plage de Strahan, ville côtière de Tasmanie. Mais alors que des efforts de sauvetage étaient déployés pour ramener les dauphins-pilotes encore en vie dans des eaux plus profondes, des observations aériennes ont révélé une autre scène macabre à une dizaine de kilomètres plus au sud. Les autorités ont en effet repéré 200 cétacés supplémentaires dans la baie de Macquarie, portant le nombre d’individus échoués à environ 470.

« Depuis les airs, la plupart des cétacés supplémentaires identifiés semblaient morts, mais un bateau s’est rendu là-bas pour faire une évaluation plus précise », a expliqué Nic Deka, directeur régional du Service des parcs et de la faune (PWS). À l’heure actuelle, des dizaines de sauveteurs s’affairent dans ces zones. Ils ont pour l’instant réussi à secourir 50 cétacés et espèrent en sauver 30 autres, mais les fortes marées compliquent leurs efforts, en ramenant certains des animaux secourus vers le rivage.

D’après les autorités locales, les spécimens découverts dans le baie de Macquarie et à proximité de Strahan feraient partie du même échouage.

Deux hypothèses privilégiées pour expliquer cet échouage massif

Il s’agit de l’échouage le plus massif que la Tasmanie ait connu, le précédent étant intervenu en 1935 à proximité de la ville de Stanley et ayant impliqué 294 globicéphales, voire du pire jamais enregistré par l’Australie. Comme l’a expliqué au Guardian le professeur Karen Stockin, de l’université Massey en Nouvelle-Zélande, « cet évènement est probablement le troisième ou quatrième plus grave enregistré à l’échelle mondiale ». Le plus grand échouage jamais documenté s’étant quant à lui produit en 1918, lorsque près de 1 000 cétacés avaient été retrouvés sur les îles Chatham, à environ 800 kilomètres à l’est de la Nouvelle-Zélande.

À l’heure actuelle, les scientifiques ignorent les raisons exactes de tels phénomènes, mais estiment que l’écholocalisation des dauphins-pilotes, c’est-à-dire l’utilisation d’ondes sonores pour localiser des objets, ne fonctionnerait pas aussi bien dans les eaux peu profondes.

Ainsi, les cétacés pourraient ne pas avoir été en mesure de détecter la proximité du rivage pendant qu’ils chassaient. Les dauphins-pilotes étant des créatures très sociables vivant en communautés restreintes, il est également possible que l’un des spécimens ait malencontreusement attiré le groupe près des côtes.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de