— ELEPHOTOS / Shutterstock.com

Après plusieurs mois de lutte contre le coronavirus, la propagation de la maladie semble ralentir dans certaines régions. En Europe, plusieurs pays sont déjà passés au déconfinement. En France, le gouvernement a annoncé que les Français pourraient partir en vacances cet été. Ainsi, les vacanciers iront très probablement à la plage ou à la piscine pour se baigner. Seulement, peut-on nager sans risquer de se faire contaminer par le Covid-19 ?

Aucune trace de coronavirus dans l’eau de mer

Il y a quelques jours, Soizick Le Guyader et son équipe de l’Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer de Nantes ont effectué des recherches sur la présence du virus dans l’eau de mer. Pour cela, ils ont analysé des huîtres et des moules provenant des côtes normandes, bretonnes et méditerranéennes.

D’après les résultats de la recherche, les coquillages ne présenteraient aucune trace du Covid-19. Pourtant, ces derniers ont été prélevés vers la fin du mois d’avril dans des zones contenant une grande quantité de rejets de stations d’épuration. Les chercheurs ont expliqué que le virus était très peu rejeté dans les selles. De plus, les eaux usées sont traitées et finissent par être très diluées si jamais elles se déversent dans la mer.

Suite à ces résultats rassurants, les chercheurs ont également analysé quatre échantillons d’eau marine provenant toujours des mêmes endroits. Une fois de plus, les échantillons ne présentaient aucune trace de virus. Cependant, Soizick Le Guyader prévient que « ce résultat ne vaut pas certitude pour l’ensemble des coquillages et des eaux marines métropolitaines ». D’après la chercheuse, tous ces échantillons ont été prélevés en période de confinement. Ainsi, les recherches devront se poursuivre tous les quinze jours sur les mêmes sites pour s’assurer que l’entrée en phase de déconfinement ne change pas ces résultats.

Un doute plane tout de même

Pour les scientifiques, les baignades dans les eaux traitées seraient peu risquées. Les agents désinfectants, qui sont utilisés dans les spas et les piscines, seraient efficaces pour neutraliser le virus dans l’eau. Une théorie qui est appuyée par un rapport du Haut Conseil de la santé publique qui confirme que la désinfection par le chlore est efficace pour venir à bout des virus du même genre.

En revanche, le Conseil supérieur de la recherche scientifique espagnol pense que le virus a plus de chances de survivre dans de l’eau non traitée. Il recommande ainsi des mesures de précaution pour éviter les foules car, quel que soit l’endroit, “la principale voie de transmission du SARS-CoV-2 dans les plages, les rivières, les lacs et les piscines passe par les sécrétions respiratoires générées par la toux, les éternuements et le contact de personne à personne”. En outre, la température de l’eau serait également à prendre en compte. En 2009, une étude sur deux sortes de coronavirus dans des eaux de lac de température différente a effectivement démontré que le virus diminuait plus rapidement dans une eau entre 4 et 25 degrés. Et au-delà des 25 degrés, ils ne présentaient carrément plus aucun risque d’infection au bout de trente jours.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de