— HelenField / Shutterstock.com

Depuis quelque temps, les scientifiques ont confirmé la présence d’eau, à l’état solide ou gazeux, sur la planète rouge. Mars possédait, il y a de cela des milliards d’années, des ruisseaux, des lacs et même un océan sur son hémisphère nord. Cependant, aujourd’hui, la planète ne possède plus d’eau à l’état liquide, du moins de façon permanente. Et ce, à cause de la faiblesse de la pression atmosphérique et des températures de la planète rouge. En effet, selon de récentes recherches, de l’eau salée se formerait par intermittence à la surface de Mars. 

De l’eau sur Mars ?

Depuis près d’un demi-siècle, la présence d’eau sur Mars est l’une des grandes questions que se posent les scientifiques. Il y a d’ailleurs un certain nombre de preuves de la présence d’eau sur ou sous la surface de la planète rouge. En effet, Mars possède des lits de ruisseaux, des calottes polaires, des cratères érodés et des minéraux liés à la présence d’eau liquide. De plus, d’après de récentes analyses, le sol de la planète Mars contiendrait entre 1,5 % et 3 % d’eau et l’atmosphère de Mars serait faite de petites quantités de vapeur d’eau. 

Nous savons donc que de l’eau, à l’état gazeux ou solide, est présente sur la planète Mars. De même, nous savons que la planète possédait un océan sur son hémisphère nord. Cependant, une autre question se pose : Mars peut-elle avoir de l’eau à l’état liquide ? Si la pression atmosphérique et les températures de la planète sont beaucoup trop faibles pour que cela soit possible, il semblerait tout de même que de l’eau salée apparaisse sporadiquement à sa surface.

De l’eau saumâtre quelques jours par an sur Mars

D’après les nouvelles recherches de Norbert Schorghofer, scientifique principal au Planetary Science Institute, de l’eau saumâtre pourrait se former à la surface de Mars de façon épisodique. Même si cela n’est possible que quelques jours par an, la présence d’eau sous forme liquide à la surface de Mars pourrait nous en dire plus sur le fonctionnement des saisons de la planète rouge.

« Mars a de nombreuses régions riches en glace froide et de nombreuses régions chaudes sans glace, mais les régions glacées où la température dépasse le point de fusion sont un point idéal quasiment impossible à trouver. Ce point idéal est l’endroit où l’eau liquide se formerait », a déclaré Schorghofer. 

Selon les explications de Schorghofer, le processus se passerait ainsi : en hiver, un rocher projetterait une ombre sur une zone aux latitudes moyennes. Cette zone serait tellement froide que de la glace se formerait. De plus, au printemps, lorsque la zone n’est plus à l’ombre, elle se réchaufferait de façon exponentielle, passant de -128 °C à -10 °C. De l’eau à l’état liquide se formerait donc. Pour répondre à cette éventualité, Schorghofer a conçu, dans son étude, toute une série de modèles, d’informations sur l’énergie thermique de la planète Mars, et un bilan énergétique.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de