― Artsiom P / Shutterstock.com

Des chercheurs américains ont récemment piloté un drone marin, semblable à une planche à voile, à l’intérieur de l’ouragan Sam, faisant actuellement rage dans l’océan Atlantique. Les images capturées par sa caméra viennent d’être dévoilées.

Une première mondiale

En collaboration avec l’Agence américaine d’observation océanique et atmosphérique (NOAA), la société Saildrone avait déployé en début d’année cinq drones marins high-tech dans l’océan Atlantique. Comme tous ses frères et sœurs de la petite flotte de chasseurs de tempêtes, le Saildrone Explorer SD 1045 est pourvu d’une aile spécial ouragan qui lui permet de résister aux conditions extrêmes régnant autour et à l’intérieur des tempêtes tropicales, afin de recueillir en temps réel des données scientifiques essentielles.

Pouvant notamment mesurer la température de l’air, de l’eau, la salinité de cette dernière, la vitesse et la direction du vent ou encore la hauteur et la période des vagues grâce à ses nombreux capteurs, l’intrépide engin embarque également une caméra.

Celle-ci a récemment capturé les premières images de l’intérieur d’un ouragan, que vous pouvez voir ci-dessous.

Traversant actuellement l’océan Atlantique et s’intensifiant rapidement, Sam est désormais considéré comme un ouragan de catégorie 4 sur l’échelle de Saffir-Simpson. Le drone SD 1045 a été dirigé vers l’œil de la tempête tropicale le 30 septembre dernier, où il a affronté des vagues de 15 mètres et des vents de plus de 190 km/h. Les données glanées serviront de base aux futurs modèles de prévision numérique.

Des données cruciales pour les chercheurs

« Grâce aux données recueillies par les drones à voile, nous espérons améliorer les modèles de prévision de l’intensification rapide des ouragans », a déclaré Greg Foltz, scientifique de la NOAA. « L’intensification rapide, lorsque les vents des ouragans se renforcent en quelques heures, constitue une menace sérieuse pour les communautés côtières. »

« Les nouvelles données provenant des saildrones et d’autres systèmes sans équipage que la NOAA utilise nous aideront à mieux prévoir les forces qui poussent les ouragans et à être en mesure d’avertir les communautés plus tôt », conclut le scientifique.

L’animation visible à gauche montre l’emplacement du drone

COMMENTEZ

avatar
  S’abonner  
Notifier de