Des sculptures de dromadaires immenses et très anciennes ont été découvertes dans le désert d’Arabie

Des archéologues ont découvert des sculptures de dromadaires grandeur nature dans le désert d’Arabie. Les douze camélidés sont taillés en bas-relief et haut-relief. Cette trouvaille est une première dans la province de Jawf, zone auparavant difficilement accessible pour les scientifiques. Les chercheurs se questionnent désormais sur la signification de ces œuvres.

Découverte de sculptures de dromadaires dans le désert d’Arabie

L’équipe d’archéologues française et saoudienne de la Commission du patrimoine national saoudien a fait l’étude de ces représentations en 2016 et 2017. Leurs travaux sont désormais publiés depuis février 2018 dans la revue Antiquity.

La découverte de sculptures de dromadaire au nord-ouest de l’Arabie est peu commune. Malgré l’érosion, l’une des scènes représente un dromadaire rencontrant un âne, une représentation peu habituelle dans les découvertes artistiques de cette région. Cette zone concentre plusieurs dessins gravés dans la pierre, ils sont appelés pétroglyphes.

Les scientifiques attribuent le nom de « Camel Site » (le site du Chameau) à ce lieu de découverte. Ces derniers tentent maintenant de comprendre la signification et la fonction de ces sculptures qui montrent une technique bien maitrisée des artistes de l’époque.

« Rareté relative » et questionnements des chercheurs

Dans la publication de leurs travaux, les scientifiques s’interrogent sur la « rareté » de ces sculptures. « La relative rareté de ces anciens reliefs rocheux a constitué un obstacle important à la compréhension du développement, de la fonction et du contexte socioculturel d’un tel art », décrivent les archéologues dans la revue Antiquity.

Ils poursuivent : « l’analyse et la comparaison stylistique de l’art suggèrent une tradition arabe distincte, qui puise peut-être dans les influences nabatéennes et parthes. Que ce site isolé et apparemment inhabitable attire des sculpteurs de roches hautement qualifiés est un témoignage frappant de son importance pour les populations environnantes. »

Le « Camel site » ne bénéficie pas d’une datation simple, ces sculptures proviennent probablement de l’ère chrétienne, dans les premiers siècles avant et après J.-C. Quoi qu’il en soit, ce site permet d’obtenir des « preuves importantes pour l’évolution de l’art rupestre arabe ».


Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux