Découvrez les véritables dragons qui peuplent notre planète

Depuis leurs premières représentations, les dragons sont des créatures redoutées des hommes. Connus comme d’imposants lézards ailés cracheurs de feu, ils terrorisent les populations et ce, même s’il est impossible de dire si de tels animaux ont vécu un jour sur Terre. Pourtant, les dragons existent bien et les scientifiques en ont découverts plusieurs à travers le monde. Entre lézards étonnants et majestueuses créatures marines, partez à la rencontre des « dragons » qui peuplent notre planète.

Présents dès notre plus tendre enfance dans les contes de fée, les dragons sont des créatures fantastiques qui nourrissent l’imaginaire de l’Homme depuis des centaines d’années. Si la littérature ou les œuvres d’art décrivent souvent des hommes combattant ou craignant ces monstres cracheurs de feu fictifs, ce n’est pas par hasard. Même s’ils n’ont pas forcément existé, les hommes ont eu l’occasion de rencontrer dans le règne animal des bêtes dont l’apparence n’est pas sans rappeler celle du monstre. Écailles, crêtes, long corps ou « ailes », la nature a doté certains animaux des caractéristiques des dragons, et ceux-ci sont encore présents à l’état sauvage.

 

dragon-komodo

LE DRAGON DE KOMODO

« Dragon » le plus connu du règne animal, le Dragon de Komodo aussi appelé varan est le plus gros spécimen de lézard vivant sur Terre. Cet animal pouvant mesurer plus de 2 mètres de long tient son surnom de dragon de son apparence qui a de quoi en terrifier plus d’un. Armé de grandes griffes et de puissantes pattes lui permettant de courir à 20 km/h, c’est un chasseur hors pair qui, quand il ne mange pas de charognes, aime dévorer buffles et chèvres.

Le dragon de Komodo a élu domicile sur l’île de Komodo et sur plusieurs autres îles d’Indonésie, où il est l’un des prédateurs les plus redoutés. S’il n’attaque pas l’Homme en théorie, mieux vaut ne pas le croiser car comme un vrai dragon, il a tout ce qu’il faut pour susciter la peur.


Les amis sont ceux qui vous forcent au bonheur.

— Denys Gagnon