— Sahara Frost / Shutterstock.com

Récemment, plusieurs « dragons bleus des mers » ont été repérés sur les plages du Padre Island National Seashore au Texas. Si ces créatures d’à peine 3 centimètres de long ne crachent pas de feu, leur piqûre peut s’avérer potentiellement dangereuse.

Des créatures aquatiques particulièrement urticantes

Mollusque flottant le ventre en l’air à la surface des eaux tempérées ou tropicales, Glaucus atlanticus appartient au groupe des « limaces de mer » ou nudibranches. Mesurant généralement 3 à 4 centimètres, cette créature aquatique aisément reconnaissable à sa teinte bleutée dispose d’un corps allongé et de trois à quatre paires de cérates, semblables à des plumes. Mais ne vous fiez pas à son apparence, celui-ci s’avère être un prédateur se nourrissant d’hydrozoaires comme la physalie, aussi appelée « fausse méduse ».

Bien que le « dragon bleu des mers » ne soit pas très bon nageur et ait plutôt tendance à se laisser pousser par le vent ou porter par les courants océaniques, ce qui pourrait expliquer pourquoi ces créatures évoluant normalement en pleine mer se seraient échouées en nombre sur les plages texanes, ce dernier est toutefois capable, grâce à ses cérates, de nager sur quelques centimètres pour attraper sa proie, à qui il subtilise ses cellules urticantes, appelées nématocystes, qu’il utilise ensuite comme moyen de défense contre les prédateurs et les menaces extérieures.

« Profitez de cet étonnant et rare spectacle, mais gardez vos distances »

Alors qu’ils se trouvaient en vacances au Texas, les membres d’une famille originaire de l’Arizona ont repéré plusieurs de ces créatures échouées sur l’une des plages du Padre Island National Seashore. Lorsqu’ils ont rapporté cette découverte aux responsables du parc, ceux-ci leur ont expliqué qu’en dépit de son apparence, cette espèce était particulièrement venimeuse et qu’ils avaient eu beaucoup de chance de ne pas avoir été piqués (l’animal n’ayant pas été manipulé directement mais saisi à l’aide d’un jouet de plage).

Suite à plusieurs autres signalements similaires, les responsables du parcs ont publié un message sur leur page Facebook, rappelant aux visiteurs de ne surtout pas toucher ces créatures bleutées. Les personnes ayant la malchance d’être piquées souffrant généralement de douleurs, de nausées et de vomissements, en plus d’une éruption cutanée et d’un gonflement localisé. « Profitez de cet étonnant et rare spectacle, mais gardez vos distances », était-il notamment précisé.

La porte-parole du Padre Island National Seashore a par ailleurs précisé qu’un tel phénomène n’avait jamais été observé par les visiteurs du parc avant cette année, ce qui s’expliquerait, selon David Hicks, de l’université du Texas, par le fait que ces créatures évoluent en groupe. « Si vous en voyez une, vous en voyez 1 000. »

Here there be dragons!A blue dragon, a type of nudibranch or sea slug, was found in the park this weekend. Blue…

Publiée par Padre Island National Seashore sur Mercredi 6 mai 2020

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de