— Robin Nieuwenkamp / Shutterstock.com

Avec l’épidémie de coronavirus qui fait actuellement rage à travers le monde, les distances de sécurité et le confinement sont obligatoires. Les humains ne sont pas les seuls à se protéger ainsi ! Les animaux utilisent également la distanciation sociale lorsque des individus sont malades au sein du groupe. C’est le moyen idéal pour éviter la propagation de maladies et sauvegarder leur espèce.

Les animaux et les maladies

Réduire les contacts est le meilleur moyen pour tuer le virus dans l’oeuf. Ce n’est pas pour rien que nous devons respecter les mesures de confinement imposées par le gouvernement. Les animaux ont bien compris ce stratagème. Géo nous rappelle que cette manière de procéder est « utilisée depuis longtemps dans la nature par certaines espèces animales ».

Toutefois, les animaux ont des comportements violents envers les individus contaminés. Ils les chassent de la troupe sans ménagement pour ne pas propager la maladie avant même l’apparition des symptômes. Cette capacité naturelle est expliquée par Joseph Kiesecker, scientifique à The Nature Conservancy : « Grâce à des sens spécialisés, les animaux peuvent détecter certaines maladies – parfois avant l’apparition des symptômes visibles – et modifier leur comportement pour éviter de tomber malades. » C’est un atout non négligeable qui leur permet de sauvegarder leur espèce au lieu de tomber raides comme des mouches.

Quels animaux pratiquent la distanciation sociale ?

Les maladies bactériennes, par exemple, ne touchent que les larves d’abeilles, permettant aux adultes de faire le tri au plus vite. Une fois « infectées, les larves émettent des produits chimiques que les adultes peuvent détecter » explique Géo. De fait, les abeilles vont immédiatement les jeter hors de la ruche, révèle Alison McAfee à National Geographic. Il en est de même pour la grenouille-taureau qui se base également sur les signaux chimiques.

Quant aux langoustes, elles évitent naturellement les individus malades 4 semaines avant qu’elles ne deviennent contagieuses. Enfin, du côté des chimpanzés, une fois qu’un animal est malade, il est rejeté par le reste du groupe, nous apprend Jane Goodall.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de