Vue d’artiste de Shuvuuia deserti — © Viktor Radermaker

De nouvelles analyses des restes fossilisés d’un petit dinosaure ont mis en évidence ses impressionnantes capacités. De la taille d’un poulet, celui-ci possédait une ouïe semblable à celle des chouettes effraies ainsi qu’une vision nocturne développée.

Des capacités auditives stupéfiantes

Ayant arpenté la Terre il y a 75 à 81 millions d’années, Shuvuuia deserti était un minuscule dinosaure ressemblant à un oiseau. Doté de longues pattes et de membres antérieurs musclés et pourvus de griffes, celui-ci disposait non seulement d’une capacité d’audition remarquable, mais également d’une vision nocturne incroyablement affûtée, se révélant bien meilleures que celles des autres dinosaures et de la plupart des oiseaux modernes.

Dans le cadre de travaux présentés dans la revue Science, Jonah Choiniere et ses collègues de l’université du Witwatersrand, en Afrique du Sud, ont procédé à une analyse avancée des os de l’oreille interne de l’étrange créature, dont le fossile avait été découvert au milieu des années 1990.

Les scans 3D réalisés ont montré que S. deserti possédait une lagéna particulièrement grande, décrite par l’équipe comme « la plus développée jamais observée chez un dinosaure ». Selon les chercheurs, plus cette structure s’avère imposante par rapport au crâne, plus la sensibilité auditive de l’animal se révèle élevée.

Jonah Choiniere tenant un modèle imprimé en 3D de la lagéna du petit dinosaure — © Wits University

L’oreille interne de la petite créature préhistorique a ensuite été comparée à celle de plus d’une centaine d’espèces d’oiseaux modernes, et il s’est avéré que le seul volatile possédant une lagéna d’une taille équivalente à celle de S. deserti était la chouette effraie (Tyto alba), ce qui suggère que le dinosaure était très probablement un chasseur nocturne.

Une vision nocturne particulièrement affûtée

La chouette effraie étant également connue pour sa vision nocturne extraordinaire, l’équipe a examiné des scans 3D de crânes de S. deserti, se concentrant spécifiquement sur une structure oculaire connue sous le nom d’anneau scléral, permettant d’estimer la capacité d’un animal à voir la nuit. Ces analyses ont montré que le dinosaure possédait également des capacités visuelles hors du commun.

La plupart des oiseaux et des dinosaures possèdent des oreilles et des yeux adaptés à la recherche de nourriture diurne. L’ancêtre commun des oiseaux et des lézards étant également actif de jour, les caractéristiques nocturnes ont évolué indépendamment au sein de ces lignées. Aujourd’hui, les analyses réalisées pour S. deserti semblent indiquer qu’un tel schéma est également intervenu chez les dinosaures non aviaires.

« Étudier le passé nécessite de s’appuyer sur le présent », a estimé Choiniere. « La biodiversité fascinante que nous observons aujourd’hui nous éclaire sur les modes de vie des animaux préhistoriques. »

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de