Des chercheurs japonais ont récemment démontré l’efficacité d’un protocole de diagnostic précoce des troubles du spectre de l’autisme. S’appuyant sur des bilans de santé réalisés à 18 mois, celui-ci permettrait une meilleure prise en charge des enfants touchés par ce type de troubles.

Un protocole de diagnostic poussé pour détecter les troubles du spectre de l’autisme de façon précoce

Grâce à la démocratisation et à l’amélioration des méthodes de dépistage, la proportion de personnes diagnostiquées avec des troubles du spectre de l’autisme (TSA) a augmenté dans le monde entier au cours des deux dernières décennies. Afin d’améliorer la détection précoce des TSA chez les enfants de moins de 2 ans, la ville d’Okaya, située dans la préfecture de Nagano, au Japon, a développé un protocole de diagnostic basé sur les bilans de santé gratuits réalisés à 18 mois et 3 ans.

Suite à un examen approfondi par des infirmières, les enfants susceptibles d’être atteints de TSA sont envoyés au centre médical et social de Shinano pour un diagnostic et une prise en charge précoces.

Dans le cadre de ces travaux présentés dans le Journal of Autism and Developmental Disorders, des chercheurs de l’université de Shinshu ont examiné l’incidence cumulée des troubles du spectre de l’autisme pour 1 067 enfants nés dans la ville d’Okaya entre 2009 et 2012 et ayant bénéficié du bilan de santé à l’âge de 18 mois. Dans le même temps, l’équipe a également répertorié les caractéristiques mises en évidence par l’examen chez les enfants ayant plus tard été diagnostiqués comme atteints de TSA.

— Africa Studio / Shutterstock.com

La plus forte incidence de TSA jamais signalée

L’étude des informations médicales fournies par le centre médical et social de Shinano a révélé que 33 des 1 067 sujets (22 garçons, 11 filles) avaient reçu un diagnostic de trouble du spectre de l’autisme avant d’entrer à l’école primaire (incidence cumulée de 3,1 % [4,3 % des garçons, 2 % des filles]). Tandis qu’une analyse comparative entre 33 enfants atteints de TSA et 1 034 enfants non autistes a révélé que les premiers cités avaient tendance à avoir une motricité fine et globale et des capacités de communication sociale plus limitées au moment du bilan de santé des 18 mois.

L’incidence cumulée signalée dans cette étude constitue la plus forte incidence de TSA diagnostiqués médicalement dans la population générale jamais observée, ce qui suggère que l’examen médical que la plupart des enfants japonais reçoivent à un an et demi constituerait une méthode de dépistage particulièrement efficace de ces troubles.

Facteurs prédictifs de TSA à un stade précoce lorsqu’elles sont sous-développées, les capacités motrices et les capacités de communication sociale pourraient de ce fait être prises en compte par un futur algorithme de diagnostic des troubles du spectre de l’autisme, s’appuyant sur les bilans de santé réalisés avant deux ans.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de