vaisseau spatial
— Lucasino / Shutterstock.com

Une équipe de scientifiques a récemment proposé d’utiliser les observatoires terrestres existants afin de détecter les ondes gravitationnelles qui pourraient être générées par les technologies extraterrestres.

Chasse aux ondes gravitationnelles

Contrairement aux signaux électromagnétiques, les ondulations dans le maillage même de l’espace-temps peuvent être détectées sur de grandes distances et constituent par conséquent un moyen précieux de sonder les profondeurs du cosmos, à l’aide d’observatoires terrestres à interféromètre laser tels que le LIGO, aux États-Unis.

Si les signaux de ce type enregistrés jusqu’à présent ont été attribués à des événements cosmiques cataclysmiques tels que des collisions de trous noirs et d’étoiles à neutrons, de nouvelles recherches à paraître dans la revue Monthly Notices of the Royal Astronomical Society soutiennent que les engins spatiaux de civilisations aliens avancées pourraient potentiellement produire des ondes gravitationnelles.

Leur hypothèse repose sur l’utilisation de systèmes de propulsion connus sous le nom de moteurs à distorsion, qui permettraient aux vaisseaux extraterrestres de se déplacer à une vitesse proche, voire supérieure à celle de la lumière.

— posteriori / Shutterstock.com

Selon les calculs des scientifiques, les instruments actuels du LIGO pourraient détecter un vaisseau spatial à accélération rapide de la masse de Jupiter, doté d’un moteur à distorsion capable d’accélérer à 10 % de la vitesse de la lumière, s’il se trouvait dans un rayon de 326 000 années-lumière. À titre de comparaison, le disque galactique de la Voie lactée s’étend sur quelque 260 000 années-lumière.

« Nous avons déjà la capacité de sonder les 10¹¹ étoiles de notre galaxie »

Malgré une importante part d’incertitude, les chercheurs se veulent optimistes. « Notre étude des moteurs à distorsion a ouvert la voie à la détection des ondes gravitationnelles », souligne Gianni Martire, PDG d’Applied Physics et co-auteur de la présente recherche. « Cette nouvelle méthode n’est pas limitée à la gamme traditionnelle des signaux électromagnétiques. Ainsi, nous avons déjà la capacité de sonder les 10¹¹ étoiles de notre galaxie à la recherche de moteurs à distorsion, et bientôt des milliers d’autres galaxies. »

Les détecteurs d’ondes gravitationnelles proposés pour un développement futur, tels que l’observatoire d’ondes gravitationnelles DECi-hertz Interferometer et Big Bang Observer, devraient être 100 fois plus sensibles que le LIGO, selon les chercheurs.

Développant actuellement le premier modèle basé sur l’apprentissage automatique suffisamment sensible pour détecter ces signaux de distorsion et les distinguer du bruit de fond de l’Univers, l’équipe espère prochainement étendre ses méthodes à la recherche d’objets extraterrestres beaucoup plus petits et proches.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments