Le domaine de l’intelligence artificielle prend chaque jour un peu plus d’ampleur et de profondeur et les accomplissements invraisemblables abondent de plus en plus. Le Daily Geek Show vous tient régulièrement au courant des innovations majeures de ce domaine, et aujourd’hui nous souhaitons vous proposer un article sur une superbe technologique de chez NVIDIA. Cette dernière est capable de générer des scènes hautement réalistes en partant d’un dessin très primaire.

Comment est-ce possible ?

Il faut, encore aujourd’hui, des années de pratiques et d’efforts acharnés pour arriver à être capable de peindre ou de dessiner une scène photoréaliste, juste avec le talent et l’imagination. Mais bientôt, peut-être que cette aptitude se démocratisera par l’utilisation de l’intelligence artificielle.

Cette stupéfiante recherche technologique a été rendue possible par NVIDIA. L’entreprise a mis au point un modèle d’apprentissage approfondi, qui peut transformer des griffonnages bruts en chefs-d’œuvre photoréalistes en quelques instants. Pour arriver à une telle prouesse, l’outil utilise notamment des réseaux contradictoires génératifs (GAN) qui permettent d’associer des images photoréalistes.

GauGAN, nom de l’application (on note le clin d’œil au postimpressionniste Paul Gauguin), pourrait donc former la colonne vertébrale des outils de conception de mondes virtuels. Et le grand public pourrait même y avoir facilement accès.

Un « pinceau intelligent »

Dans les faits, cette IA comprend la conception du monde réel et de quoi il est fait. Ce véritable pinceau intelligent est capable de compléter par des détails précis et d’une très haute qualité les croquis que l’utilisateur pourra lancer en tant que premier jet. Dessiner le contour d’un rocher, ou d’une mer sera dorénavant bien plus aisé et cela représentera un gain de temps inédit.

La personnalisation est également prévue, en permettant aux usagers de dessiner leurs « propres cartes de segmentation » et de les étiqueter, classer par catégorie pour les retrouver plus tard. Vous aurez donc accès facilement à votre propre base de données, avec par exemple plusieurs modèles de sables, d’eaux ou d’arbres.

Pour le moment, le modèle est formé sur un million d’images et il apprend à chaque instant. Les résultats sont impressionnants et surtout très rapides. Notez que des filtres sont ajoutables pour améliorer encore plus le rendu final.

YouTube

La relation générateur-discrimineur

Pour arriver à passer d’un croquis à une image réaliste, NVIDIA s’appuie sur deux procédés intelligents qui sont le générateur et le discrimineur (discriminator). Le premier va créer des images qu’il présentera ensuite au discrimineur, qui est formé par des images réelles. Les deux vont communiquer et comparer notamment les pixels pour trouver un rendu optimal, et le tout nous donne, en quelques instants seulement, un rendu ultra réaliste avec des images synthétiques.

Le tout prend une dimension particulièrement intéressante quand on prend l’exemple de l’eau et de ses reflets par exemple. Lorsque vous générez une image d’eau, le « discrimineur » va apprendre au générateur à créer une imitation convaincante des reflets. Il va ensuite bien évidemment le mémoriser et l’appliquer ultérieurement à tous les modèles sans avoir besoin de réitérer l’opération.

Cette technologie ne se base pas du tout sur des morceaux que l’on assemblerait en y ajoutant des textures haute-définition. « Il s’agit en fait de synthétiser de nouvelles images, très semblables à la façon dont un artiste dessine quelque chose », d’après Catanzaro, vice-président de la recherche en apprentissage en profondeur appliquée chez NVIDIA. On imagine déjà tout ce que ce genre de technologie pourrait apporter dans l’architecture, par exemple…

YouTube

Pensez-vous que ce genre de technologie utilisant l’artificiel remplacera un jour nos artistes actuels ?

COMMENTEZ

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de