La déforestation de l’Amazonie accélère : l’équivalent d’1 million de terrains de foot rasé en un an

Véritable poumon de notre Terre, l’Amazonie est l’un des sites naturels les plus importants au monde et l’un des plus menacés. En un an, la déforestation et l’exploitation ont une nouvelle fois rasé une partie de ce territoire et malgré les combats des écologistes, il est toujours menacé.

 

QUELLE SUPERFICIE L’AMAZONIE A-T-ELLE PERDUE ?

Surveillée de près par le Brésil, l’Amazonie est un territoire qui subit continuellement exploitation et déforestation. Chaque année, grâce à l’imagerie satellite, les chercheurs peuvent estimer les pertes que subit la forêt, et 2018 a été une année difficile.

En l’espace d’un an (d’août 2017 à juillet 2018), l’Amazonie a perdu 7 900 km² de surface et environ 1,185 milliard d’arbres. A titre de comparaison, cette superficie correspond à 10 fois celle de New York ou 75 fois à celle de Paris.

 

LES ACTIVITÉS ILLÉGALES ET LA POLITIQUE AU CŒUR DU PROBLÈME ?

La diminution du poumon du monde est en partie causée par la déforestation et l’exploitation des terres et du bois qui s’y trouvent. Cependant le phénomène trouve aussi des causes plus sombres. Edson Duarte, ministre brésilien de l’Environnement, rappelle que de nombreuses activités illégales ont lieu au cœur de la forêt, participant ainsi à sa destruction. Entre bûcherons illégaux et trafics d’armes, une surveillance plus poussée de la zone serait nécessaire.

La question de la nouvelle politique du pays pourrait aussi avoir un rôle majeur pour l’avenir de la foret amazonienne. Avec la récente élection de Jair Bolsonaro qui entrera en fonction dès 2019, une plus importante destruction est à craindre. Le président brésilien a exprimé lors de sa campagne son désir de privatiser ce territoire au profit de l’industrie et au détriment de l’environnement.

 

UN COMBAT PERPÉTUEL

L’an dernier, l’Amazonie avait perdu 6 947 kilomètres carrés de superficie, soit une augmentation de près de 1 000 km² en seulement 12 mois. Malgré cette rapide augmentation, le gouvernement salue ces chiffres car ils témoignent d’une amélioration de 72 % de la situation par rapport à 2004, année où le pays a commencé à lutter contre cette destruction.

Le pays continue de se battre pour préserver cette ressource naturelle inestimable. L’Amazonie est en effet une importante ressource économique pour le Brésil ainsi que l’un des plus importants territoires en matière de biodiversité et de captage du carbone.


Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux