— Mr_Nikon / Shutterstock.com

Voici un décret des plus surprenants et des plus atroces : celui-ci permet à ceux qui le souhaitent de vendre leur animal à un laboratoire à des fins scientifiques. Un horrible décret qui est d’ailleurs fortement dénoncé par la fondation 30 Millions d’amis.

La vente de son animal à un laboratoire

La fondation 30 Millions d’amis dénonce un terrible décret français datant du 17 mars 2020 : celui-ci autorise la vente d’animaux à des laboratoires à des fins scientifiques et expérimentales. Cette mesure avait secrètement été adoptée puis assouplie le 17 mars dernier par le gouvernement. L’article R214-90 du Code rural et de la pêche maritime stipulait que les “animaux de laboratoires devaient avoir été élevés à cette fin et provenir d’éleveurs ou de fournisseurs agréés”. Ainsi, des dérogations pour la vente étaient uniquement possibles “lorsque la production des éleveurs agréés est insuffisante ou ne convient pas aux besoins spécifiques du projet”.

Néanmoins, cette disposition est supprimée par ce décret. Celui-ci est par ailleurs contraire à la directive européenne relative à la protection des animaux utilisés à des fins scientifiques et qui encadre la provenance des animaux destinés à l’expérimentation, comme l’a rapporté 30 Millions d’amis dans un communiqué.

Un terrible recul en matière de protection animale

Pour 30 Millions d’amis, ce décret est un “terrible recul en matière de protection animale”. Christiane Laupie, secrétaire générale et fondatrice du Comité scientifique Pro Anima, partenaire de la fondation, souligne également que “depuis la réglementation de septembre 1986, les animaux destinés à la vivisection doivent provenir uniquement de fournisseurs agréés et connus. Ce décret, c’est la porte ouverte au pire ! Élevages de chiens de chasse, particuliers, n’importe qui peut vendre son animal à un laboratoire.

« Jusqu’à présent, les animaux utilisés dans des procédures expérimentales devaient “avoir été élevés à cette fin et provenir d’éleveurs ou de fournisseurs agréés”. Des dérogations n’étant possibles que “lorsque la production des éleveurs agréés est insuffisante ou ne convient pas aux besoins spécifiques du projet” (art. R. 214-90 du Code rural)… une condition désormais supprimée », poursuit Christiane Laupie.

Reha Hutin, présidente de 30 Millions d’amis, alerte également sur le fait que “ce décret montre le manque de volonté politique pour chercher des méthodes substitutives à l’expérimentation animale”. La fondation rappelle de surcroît que 86 % des Français se disent favorables à l’interdiction totale de toute expérimentation animale lorsque des alternatives sont possibles, d’après un sondage Ifop réalisé en janvier 2020.

Cela risque d’encourager un énorme trafic de chiens volés à leur maître

Reha Hutin s’inquiète également d’une autre problématique : ce décret “risque aussi d’encourager un énorme trafic de chiens volés à leur maître pour être revendus à des laboratoires, comme c’était le cas jadis”.

Enfin, 30 Millions d’amis rapporte dans son communiqué qu’elle soutient depuis plusieurs années le développement du test “Valitox”. Ce test permet de travailler sur des cellules humaines en culture pour détecter une possible toxicité aiguë d’une substance sans avoir à utiliser des animaux. 

3
COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
3 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
3 Auteurs du commentaire
BenoitVivons en harmonieRUSTINETTE Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
RUSTINETTE
Invité
RUSTINETTE

horreur, atrocité, soit disant un pays civilisé, les chiens et autres animaux ne sont pas sur terre pour ce genre d’expérience, que ces expériences soient faites sur des violeurs d’enfants et de femmes, sur des psychopathes etc…et laissez les animaux vivre en paix, les animaux ont plus d’empathie que l’humain,… Lire la suite »

Vivons en harmonie
Invité
Vivons en harmonie