La cité de Troie, communément appelée Hisarlik, se traduit du turc en « lieu de forteresse ». Les ruines de la cité se trouvent en Turquie, sur une colline située dans la province de Çanakkale. La cité a été mentionnée plusieurs fois dans des anciens textes grecs. Bâtie durant l’antiquité grecque et romaine, elle a existé durant l’époque de L’Iliade d’Homère.

Depuis 1870, le site a fait l’objet de nombreuses campagnes de fouilles, surtout par le célèbre archéologue Heinrich Schliemann. Vers 1988, d’autres fouilles ont également été effectuées sur le site, qui permirent aux archéologues et historiens de mieux connaître l’histoire de la cité.

La cité de Troie a été occupée du IVe millénaire avant notre ère jusqu’au début de l’époque byzantine. C’est une ville basse couronnée par une acropole bien défendue, et qui abrite le reste du palais, des temples et des édifices publics. La colline est divisée en neuf niveaux. Durant les fouilles, ces neuf parties ont été numérotées, et ce, des plus anciennes au plus récentes. L’acropole est la zone la plus fouillée du site car elle regorge du plus grand nombre de constructions importantes de la civilisation troyenne datant entre 2500 et 2000 avant J.-C. Les archéologues ont également fait d’intéressantes découvertes dans la partie II du site, comme le trésor de Priam. Durant l’âge du bronze, la cité était donc prospère et cela jusqu’à son déclin, au début de la guerre de Troie. Après son déclin, les Grecs ont construit une nouvelle cité sur ses terres durant l’âge du fer en 800 avant J.-C., la cité d’Ilion.

La légende de Troie

Il y a 3 000 ans de cela, Homère a écrit L’Iliade, un excellent récit qui figure parmi les œuvres fondamentales de la littérature occidentale. Dans son récit, l’auteur décrit la tragique histoire du déclin de l’empire troyen. Il décrit en détail les événements sanglants qui se sont produits ce jour-là. L’auteur nous embarque pour 52 jours vers la fin du dixième règne de Troie.

La cité de Troie, réputée pour être bien gardée et fortifiée, était gouvernée par le roi Priam. Un roi gentil et juste. La guerre a commencé lorsque le fils du roi Priam, Paris, plus connu sous le nom d’Alexandros, a séduit l’épouse du roi spartiate Ménélas, Hélène aux beaux cheveux. Suite à ce malentendu, la cité en a payé le prix. Les frères du roi Mélénas étaient si indignés face à la situation, qu’ils ont levé une armée pour se venger de Priam. Agamemnon, le roi des rois, avait aussi dirigé une flotte pour aider les frères Ménélas et reprendre la reine Hélène.

Le récit décrit n’a pas été prouvé

Bien que le poème d’Homère conte une histoire très passionnante, les archéologues n’ont retrouvé aucune preuve concluante des scènes décrites. Pourtant, l’auteur avait tellement investi dans les personnages qu’il est difficile d’en conclure si l’histoire est vraie ou inventée. En effet, l’histoire est basée sur des traditions orales dans laquelle il fait part d’une guerre menée en mer. D’ailleurs, L’Iliade d’Homère est un récit à succès de la littérature occidentale, et ce, depuis des millénaires. Un récit qui se transmet de génération en génération.

Des archéologues ont effectué des fouilles sur le site

Rustem Aslan est le responsable des fouilles à Hisarlik. Le site a été officiellement ouvert vers 1870. Aslan a commencé à y travailler depuis 1988 en tant qu’étudiant, et il a passé des années sous l’aile de l’archéologue allemand Manfred Korfmann. Manfred a découvert plusieurs pistes se référant au récit d’Homère. Il a également conclu que la guerre entre les Grecs mycéniens et les Anatoliens a bien existé en 1180 avant J.-C., vers la fin de l’âge du bronze. Cependant, d’autres historiens sont sceptiques sur l’authenticité des personnages décrits dans le récit d’Homère.

une-troie-ville
© CherryX / Wikimedia Commons

Comment était la cité ?

L’entrée principale de la citadelle était ornée par une sorte de sanctuaire dédié à la famille royale ou d’autres élites qui auraient régné vers la fin de l’âge du bronze. La cité était construite à l’image grecque, car elle comportait des rampes en dalles, typiques des temples grecs. La rampe est balayée vers le haut, à un angle raide, et le tout est élevé par un mur de pierre. La cité abritait 5 000 à 10 000 habitants, ce qui fait de la cité une ville très prospère. La majeure partie de la population cultivait du blé et du maïs et vivaient du commerce et de l’échange.

La citadelle, entourée de murs défensifs et d’immenses tours, contenait un palais à deux étages. La ville basse était encerclée par des fossés fertiles, ce qui a permis aux habitants de cultiver. La ville était aussi parsemée de maisons simples et de plusieurs rues pour faciliter la circulation et la vente.

Le musée de Troie © Dosseman / Wikimedia Commons

Au fil du temps, la cité de Troie a été rendue publique car beaucoup croient que c’est une cité mythique comme Atlantis. Et cela encore plus à travers le récit d’Homère dans L’Iliade.  Pourtant, les archéologues ont découvert que c’était une cité avec d’immenses bâtiments et de somptueux temples.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments