Après avoir étudié des milliers de composés, des chercheurs américains en ont trouvé un qui élimine complètement la bactérie causant la maladie de Lyme, comme le montre cette étude réalisée sur des souris.

« Ce composé est tout simplement incroyable »

Depuis des décennies, le traitement de routine de la maladie de Lyme est constitué d’antibiotiques classiques, qui éliminent généralement l’infection. Mais pour 20 % des personnes atteintes de cette maladie transmise par les tiques, les antibiotiques ne fonctionnent pas, et les symptômes, incluant douleurs musculaires, fatigue et troubles cognitifs peuvent perdurer pendant des années, voire être permanents.

Ces nouvelles découvertes suggèrent que l’azlocilline ne tue pas seulement la bactérie Borrelia burgdorferi au début de la maladie, mais qu’elle pourrait également être efficace pour traiter les patients infectés par des bactéries tolérantes aux médicaments qui peuvent provoquer des symptômes persistants.

« Ce composé est tout simplement incroyable », déclare Jayakumar Rajadas, professeur adjoint de médecine à l’université de Stanford et auteur principal de cette nouvelle étude, parue dans la revue Scientific Reports. « Il élimine l’infection et n’induit que peu d’effets secondaires. »

« Nous espérons le réutiliser comme traitement administrable par voie orale pour la maladie de Lyme. Nous examinons des médicaments potentiels depuis six ans », souligne Venkata Raveendra Pothineni, ayant également participé aux travaux.

« Nous avons examiné près de 8 000 composés chimiques et testé 50 molécules différentes sur des modèles animaux. En cours de route, j’ai rencontré de nombreuses personnes souffrant de cette horrible maladie persistante. Notre principal objectif est de trouver le meilleur composé pour traiter les patients et stopper cette maladie », ajoute le chercheur.

— Evgeniyqw / Shutterstock.com

A la recherche d’un médicament plus efficace pour traiter la maladie de Lyme

Frustrés par le manque d’options de traitement pour les patients atteints de la maladie de Lyme dont les symptômes persistent, Rajadas et son équipe ont commencé à chercher une meilleure alternative dès 2011. En 2016, ils ont publié une étude dans la revue Drug Design, Development and Therapy, répertoriant 20 composés chimiques, sur environ 4 000, s’étant révélés efficaces pour tuer l’infection chez les souris. Ces 20 composés avaient tous reçu l’approbation de la Food and Drug Administration pour diverses utilisations. L’un d’entre eux étant notamment utilisé pour traiter les troubles liés à l’abus d’alcool.

Dans le cadre de cette nouvelle étude, l’azlocilline, l’un des 20 principaux candidats, a éclipsé 7 450 composés en raison de son efficacité pour tuer B. burgdorferi et de ses effets secondaires moins nombreux.

Touchant chaque année des centaines de milliers de personnes, la maladie de Lyme peut affecter divers organes, notamment le cerveau, la peau, le cœur, les articulations et le système nerveux, et causer des problèmes cardiaques et de l’arthrite si elle n’est pas traitée. Ses symptômes comprennent fièvre, maux de tête, frissons, ainsi que douleurs musculaires et articulaires.

« La douleur des patients est bien réelle »

« Les antibiotiques traditionnels, tels que la doxycycline, sont efficaces comme traitement précoce de l’infection chez la majorité des patients, mais ne parviennent pas à traiter 10 à 20 % des patients », explique Rajadas.

« Certains chercheurs pensent que cela pourrait être dû à des bactéries tolérantes aux médicaments qui vivent dans le corps et continuent de provoquer des maladies », poursuit le scientifique. « D’autres pensent qu’il s’agit d’un trouble immunitaire causé par des bactéries lors de la première exposition, qui provoque une inflammation perpétuelle. Quelle qu’en soit la cause, la douleur des patients est bien réelle. »

Les chercheurs ont testé le médicament, pas encore commercialisé, chez différents rongeurs atteints de la maladie de Lyme à des intervalles de 7, 14 et 21 jours et ont constaté qu’il éliminait l’infection. Pour la première fois, l’azlocilline s’est également révélée efficace pour tuer les formes de B. burgdorferi tolérantes aux médicaments, ce qui indique qu’elle pourrait fonctionner comme une thérapie pour les symptômes persistants de la maladie de Lyme.

Pothineni et Rajadas ont breveté le composé pour le traitement de la maladie de Lyme et travaillent à l’heure actuelle avec une société pharmaceutique afin de développer une forme du médicament administrable par voie orale. Les chercheurs prévoient également de mener un essai clinique.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de