La découverte exceptionnelle d’ossements en Algérie remet en cause les origines de l’humanité

En Algérie, une équipe de chercheurs a découvert une collection d’outils en pierre datant de 2,4 millions d’années, remettant en question la théorie de longue date selon laquelle l’humanité est apparue en Afrique de l’Est. Plus qu’une simple découverte archéologique, d’immenses ambitions sont désormais affichées quant aux futures fouilles, qui pourraient bien modifier nos certitudes sur l’apparition de l’humanité sur Terre…

 

Une fantastique découverte

Ces découvertes ont été effectuées sur le site de l’Ain Boucherit, près de la ville de Sétif, à environ 200 km à l’est de la capitale algérienne, Alger. Des chercheurs internationaux, en majorité algériens, mais également français, espagnols et australiens ont participé au projet, qui s’étend sur plus de 25 années de fouilles.

C’est donc plus de 250 outils et 296 os d’animaux qui ont été déterrés, et analysés. Le fait qu’outils et os soient rassemblés en nombre au même endroit laisse à penser que les humains coupaient de la viande en Afrique du Nord il y a 2,4 millions d’années, soit environ 600 000 ans avant ce qui était estimé par les scientifiques !

« L’utilisation d’outils tranchants à Ain Boucherit suggère que nos ancêtres n’étaient pas de simples charognards« , a déclaré Isabel Cáceres, de l’organisation archéologique espagnole IPHES, impliquée dans le projet

Alors, était-ce déjà des chasseurs  ? On ne le sait pas encore, mais les fouilles montrent clairement que ces hommes étaient capables de rivaliser avec les carnivores de la zone, et pouvaient accéder aux carcasses d’animaux dans les premiers. Ce n’était pas des charognards, récoltant le reste des dépouilles.

Certes, aucun squelette humain n’a été découvert, pour le moment. Cependant, nous pouvons affirmer qu’une forte activité était développée sur place de par la quantité d’os animaux et d’outils trouvés. D’ailleurs, certains de ces os présentent des traces de coupes, ce qui est régulièrement assimilé à une forme d’activité de boucherie. Les os provenaient notamment d’ancêtres de crocodiles, d’éléphants et d’hippopotames.

Bien de la curiosité a été suscitée des suites de cette trouvaille. Deux scénarios se dessinent. Premièrement, « un scénario d’origines multiples » où les humains ont fabriqué en même temps des outils semblables à travers tout le continent africain. Ils ressemblent effectivement à ceux nommés Oldowan, que l’on trouvait principalement en Afrique de l’Est. Ou bien, dans une deuxième théorie, ce serait une expansion rapide de la fabrication d’outils en pierre et de ses méthodes, ses conceptions, dans les premiers jours de l’humanité. Les transports et migrations n’étant pas aussi efficaces qu’ultérieurement, les chercheurs sont logiquement intrigués, car plusieurs centaines de kilomètres séparent les diverses zones géographiques africaines. Jusqu’à présent, les archéologues avaient relativement négligé cette partie du continent africain.

Plus tôt dans l’année également, des outils en pierre ont été trouvés, en Chine, à l’autre bout du monde, datant de 2,12 millions d’années ! Que de mystères pour les chercheurs qui essayent de trouver des explications à ces migrations complexes.

© Pixabay

 

Une découverte qui remet en cause le « berceau de l’humanité »

Jusqu’à récemment, nous pensions que nos ancêtres, les homininés, étaient originaires de l’Afrique de l’Est et étaient restés sur place pendant des centaines de millions d’années, avant de commencer à se déplacer à travers tout le continent. Les nouveaux éléments mis en lumière par cette découverte « montrent que nos ancêtres se sont aventurés dans tous les coins de l’Afrique, et pas seulement en Afrique de l’Est« , a déclaré Mohamed Sahnouni, qui a dirigé le projet.

« Les preuves fournies par l’Algérie changent la vision antérieure selon laquelle l’Afrique de l’Est était le berceau de l’humanité. En réalité, toute l’Afrique était le berceau de l’humanité »

Aujourd’hui, les archéologues de ce projet estiment que les premiers humains ont vraisemblablement quitté l’Afrique pour se rendre en Asie. Tout partirait de l’Afrique, mais dans un contexte géographique bien plus large qu’imaginé. Quoi qu’il en soit, l‘Afrique de l’Est continue d’être considérée comme le berceau de l’utilisation d’outils en pierre par nos ancêtres. Les premiers exemples concrets datent d’il y a plus de 2,6 millions d’années. En l’absence de certitudes résultantes d’enquêtes scientifiques supplémentaires, cette donnée ne changera pas dans les livres. Mais c’est tout une page du futur qui s’ouvre aux chercheurs grâce à cette découverte, qui permet le doute, sinon un approfondissement de la richesse du continent africain.

C’est en tout cas ce que pensent les chercheurs de cette étude, qui se montrent optimistes et estiment qu’il y a des chances pour que des artefacts et ossements aussi vieux que ceux trouvés en Afrique de l’Est puissent être présents dans les sols d’Afrique du Nord. Le futur nous réserve sans aucun doute d’autres surprises quant aux origines de l’Humanité…

© Mildenhall

Un homme n’est vieux que quand les regrets ont pris chez lui la place des rêves.

— John Barrymore