Découverte historique au Mexique : des archéologues ont retrouvé des centaines d’ossements de mammouths sur un site situé au centre du pays. Un site qu’ils considèrent comme le « premier piège à mammouth au monde » construit des mains de l’homme.

« LA PLUS GRANDE DÉCOUVERTE D’OSSEMENTS DE MAMMOUTHS DE L’HISTOIRE »

Retrouvés dans la ville de Tultepec, au nord de Mexico, près du site de construction du nouvel aéroport de la capitale et considérée comme la capitale pyrotechnique du Mexique, ces restes de mammouths représentent une découverte d’une valeur inestimable, voire l’une des plus grandes de ces espèces de pachydermes, a annoncé le mercredi 6 novembre l’Institut national d’anthropologie et d’histoire (INAH).

Après près de dix mois de fouilles, les archéologues sont parvenus à retrouver plus de 800 ossements de mammouths appartenant à près de 14 animaux différents. Divers types d’os ont été identifiés : 179 côtes, 11 omoplates, 5 humérus, 1 pelvis, plusieurs fémurs et tibias et d’autres os bien plus petits.

Les paléontologues estiment que cette zone, du nom de Tultepec II et étendue de 40 à 100 mètres, abritait plusieurs troupeaux de mammouths, mais également des hommes et d’autres espèces animales. Par ailleurs, ces restes dateraient d’il y a plus de 14 000 années. Certaines caractéristiques que révèlent ces mammouths indiqueraient que ces animaux seraient arrivés dans cette zone en ayant été chassés ou piégés par des hommes.

LE « PREMIER PIÈGE À MAMMOUTH DU MONDE »

Cette découverte est d’autant plus historique que les archéologues pensent que ce site est le « premier piège à mammouth du monde » conçu par l’homme. Un piège qui leur aurait permis de capturer ces animaux. Tultepec II était organisé de manière particulière. En effet, selon les analyses des archéologues, plusieurs fosses, d’1,7 mètre de profondeur et de 25 mètres de profondeur chacune, ont été formées sur le sol. Ces fosses auraient servi de pièges à mammouths durant plus de 500 ans.

Luis Cordoba a également expliqué que ces « mammouths (y) ont vécu (…) durant des millénaires. Le troupeau grandissait, se reproduisait, mourait, était chassé… Ils vivaient aux côtés d’autres espèces, y compris des chevaux et des chameaux. » Plusieurs dizaines de chasseurs auraient eu un rôle important dans cette zone en entraînant les pachydermes dans les fosses.

Si, durant les années 1970, lors d’excavations nécessaires à cause de la construction du métro de Mexico, des restes de mammouth avaient été découverts dans le nord de la capitale, il s’agit bien ici du premier « piège à mammouth » encore jamais révélé. Mais, ces restes pourraient sous-entendre qu’il en existerait d’autres dans la région, où vivaient environ cinq troupeaux. Ces découvertes cassent donc un mythe : il semblerait que les hommes se soient également attaqués aux animaux ayant une réelle prestance et beaucoup de force, et non uniquement aux animaux bien plus faibles et vulnérables.

— ©️ INAH TV / YouTube

UN LIEU D’INTERACTION ENTRE « LES GROUPES DE CHASSEURS-CUEILLEURS ET CES ÉNORMES HERBIVORES »

La présence des hommes dans cette zone semble avoir considérablement influencé l’environnement de ces mammouths. Pedro Francisco Sanchez Nava, coordinateur national de l’archéologie de l’INAH, a expliqué, au cours d’une conférence, que cette découverte permet également de mettre en avant « l’interaction entre les groupes de chasseurs-cueilleurs et ces énormes herbivores« .

De la chair aux organes, les hommes les consommaient entièrement. Une manière de consommer qui aurait d’ailleurs fait l’objet de rituels. D’autres présentent des blessures. Cela supposerait qu’ils aient pu être attaqués plusieurs fois avant d’être enfin capturés. Selon l’archéologue Luis Cordoba, ils les considéraient sans doute « comme vaillant(s) et féroce(s) et (ils leur auraient) montré leur respect » avec ces rituels.

Mais, les archéologues soulignent qu’il reste de nombreuses recherches à faire avant d’avoir décelé tous les secrets de cette précieuse découverte. Les paléontologues vont poursuivre leurs analyses afin d’en apprendre davantage sur ce site et ces pachydermes.

COMMENTEZ

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de