Tout comme l’animal, l’arbre pourrait prochainement être considéré comme un être vivant sensible. C’est le projet ambitieux qu’a présenté une association à l’Assemblée nationale il y a quelques jours. L’objectif est d’ajouter une « déclaration des droits des arbres » au code civil.

POURQUOI DONNER CE STATUT A L’ARBRE ?

L’association A.R.B.R.E.S agit depuis 1994 en faveur de ce patrimoine vivant mais encore souvent délaissé que représente les arbres. En plus de créer un label visant à protéger les arbres dits remarquables, l’association tend à faire reconnaître l’arbre comme un être sensible vivant. Dans ce but, elle a présenté début avril 5 articles expliquant en détail ce qui pourrait former une déclaration des droits des arbres.

Ces articles ont été présentés il y a peu à l’Assemblée Nationale en espérant « changer le regard et le comportement des hommes, de leur faire prendre conscience du rôle déterminant des arbres au quotidien et pour le futur, en ouvrant la voie à une modification rapide de la législation au niveau national ».

L’arbre est un être vivant sensible

UN ÊTRE SENSIBLE ET CAPABLE DE COMMUNIQUER

Au-delà de son rôle déterminant pour les hommes et l’environnement, l’arbre est un être aux capacités surprenantes. Par exemple, les arbres peuvent prendre soin de leurs congénères via leurs racines. Entre autres, ils peuvent donner aux arbres plus jeunes des nutriments afin de les aider à pousser.

De plus, les racines créent des connexions avec les autres arbres. Cela génère un réseau de communication similaire à Internet dont se servent les arbres pour signaler un danger. Ces preuves rappelées par les scientifiques et les documentaires démontrent que l’arbre est un être à part entière qui a aussi le droit de ne plus être traité comme un simple produit.

Les racines, mode de communication des arbres

QUE PRÉVOIT LA DÉCLARATION DES DROITS DES ARBRES ?

En plus de reconnaître l’arbre comme un être vivant et sensible, le texte prévoit également d’en faire « un sujet de droit, y compris face aux règles qui régissent la propriété humaine ». La déclaration des droits des arbres prévoit également d’accorder une attention particulières aux arbres dits remarquables.

Cela donnerait aux arbres âgés, historiques ou atypiques une protection complémentaire car ils seraient jugés « monuments naturels ». Enfin, le dernier article présente les modalités d’exploitation des arbres tout en rappelant qu’il faut tenir compte « des cycles de vie de l’arbre, des capacités de renouvellement naturel, des équilibres écologiques et de la biodiversité. »

COMMENTEZ
1

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
1 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
Blancheville Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Blancheville
Invité
Blancheville

Oui,les végétaux sont des êtres vivants comme les animaux, bien qu’ils n’aient pas de système nerveux central (les huitres non plus qui sont des animaux)