― Sharomka / Shutterstock.com

D’innombrables cétacés meurent chaque année par capture accidentelle. Le 2 juillet dernier, le tribunal administratif de Paris a reconnu que la France n’a pas pris les mesures nécessaires pour protéger les dauphins. Et jeudi dernier, La Commission européenne a accordé trois mois à Paris pour prendre des mesures radicales afin de mettre un terme aux problèmes identifiés.

En février dernier, Virginijus Sinkevicius, le commissaire européen à la Pêche déclarait que plus de 11 300 dauphins sont morts accidentellement dans les filets des pêcheurs du golfe de Gascogne au cours de l’hiver. À ce rythme, la population de cétacés pourrait connaître un grave déclin dans les années à venir, malgré le fait qu’il reste encore un bon nombre de spécimens dans la mer.

En outre, environ 1 000 dauphins ont été retrouvés échoués sur les plages du golfe de Gascogne entre le 1er janvier et le 18 mars 2020. L’Observatoire Pelagis affirme que 70 % de ces derniers portent des marques évidentes de filets de pêche tandis que 88 % ont été diagnostiqués morts à cause de leur capture accidentelle après leur examen.

Fin mai, le Conseil international pour l’exploration de la mer (CIEM) recommandait donc de nouvelles mesures pour limiter les captures accidentelles de dauphins dans les eaux européennes. Et jeudi dernier, la législation européenne a donné trois mois à l’Hexagone ainsi qu’à l’Espagne et la Suède pour prendre des mesures radicales face à ce problème.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de