Il y a quelques jours, une femelle dauphin a été observée en train de transporter le cadavre de son petit, vraisemblablement mort-né. Cette scène aussi rare que déchirante s’est déroulée au large des côtes néo-zélandaises.

 

Une scène particulièrement émouvante

Le 1er février 2019, le Département de la conservation (DOC) s’est fendu d’un communiqué annonçant qu’une femelle dauphin du genre Tursiops avait été aperçue en train de transporter la dépouille de son petit. Cette scène déchirante s’est produite dans la Baie des îles, au large des côtes néo-zélandaises, et il s’agirait selon les biologistes d’une façon pour la mère de porter le deuil de sa progéniture.

Aperçu pour la première fois trois jours plus tôt, le jeune dauphin est très probablement mort-né. Comme l’a souligné le DOC : « La femelle fait preuve d’un lien maternel très fort comme c’est le cas chez les mammifères marins. Cela implique qu’elle garde son petit sur son dos et qu’elle vocalise ». Les chercheurs ont également remarqué que lorsque la mère laissait tomber par inadvertance le cadavre durant ses déplacements, elle faisait alors demi-tour pour le récupérer.

 

Un moyen pour certains mammifères marins de faire leur deuil

Pour le Dr Catherine Peters, qui travaille au sein du DOC : « Cette mère est en deuil et a besoin d’espace et de temps pour faire cela. La Baie des îles est un endroit animé en été avec beaucoup d’activité dans et autour de l’eau, et cette femelle a besoin que chaque personne dans l’eau lui donne l’espace et tout le respect qu’elle mérite pendant qu’elle gère la perte de son petit. Dans la mesure du possible, mieux vaut éviter tout groupe de dauphins ».

En juillet dernier, une scène similaire avait été observée au large du Canada. Il s’agissait cette fois d’une orque, qui avait finalement lâché la dépouille de son petit 17 jours après sa mort. Au cours de cette période, le cétacé avait parcouru plus de 1 600 kilomètres, et le Centre pour la Recherche sur les Baleines avait noté que la mère « récupérait la carcasse du petit chaque fois qu’elle coulait, la soutenait avec sa tête et la poussait vers l’île de San Juan, aux États-Unis ».

COMMENTEZ

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de