dauphins
— Andrea Izzotti / Shutterstock.com

De récentes recherches ont permis la mise en évidence d’alliances inter-mâles étonnamment complexes chez le dauphin. Selon les scientifiques, il s’agit de la seule espèce, en dehors des humains, à développer et cultiver de tels liens.

Des alliances stratégiques et multi-niveaux

Lorsqu’il est question de reproduction ou d’accouplement chez les mammifères, les interactions entre mâles sont généralement violentes. C’est notamment le cas chez les chimpanzés, qui font preuve d’une féroce rivalité. Dans le cadre de travaux publiés dans la revue PNAS, des scientifiques ont découvert que les dauphins mâles faisaient preuve d’une étroite coopération, formant de multiples alliances et travaillant de concert pour courtiser les femelles.

Le suivi de 121 grands dauphins mâles de l’Indo-Pacifique (Tursiops aduncus) dans la baie Shark, en Australie-Occidentale, a révélé que des alliances plus fortes augmentaient significativement les chances de reproduction, avec un mâle faisant généralement équipe avec deux ou trois autres mâles lorsqu’il poursuivait une dauphine.

L’équipe a également constaté que la quasi-totalité des dauphins mâles adultes de l’étude faisaient également partie d’alliances sociales de second rang (composée de 4 à 14 autres dauphins). N’entrant pas systématiquement en concurrence lorsqu’il s’agissait d’attirer l’attention des femelles, celles-ci pouvaient même parfois s’unir pour créer un troisième niveau d’alliances, favorisant également les chances d’accouplement.

Six mâles « alliés » suivant une femelle — © Simon Allen

« La durée pendant laquelle ces équipes de dauphins mâles fréquentent les femelles dépend de la robustesse des liens sociaux entre les alliances de troisième ordre, qui entraînent des avantages à long terme », explique l’éthologue Simon Allen de l’université de Bristol.

L’hypothèse du cerveau social

Longtemps considérée comme une caractéristique uniquement propre aux humains, la coopération intergroupe s’avère assez surprenante chez les dauphins mâles, dont les mœurs « libertines » ressemblent davantage à celles des chimpanzés : ils ne forment pas de couple avec les femelles qu’ils fécondent et ne participent pas à l’éducation des petits.

Selon les scientifiques, l’hypothèse du cerveau social, voulant que des relations complexes aient contribué à l’augmentation du volume cérébral et au développement de l’intelligence chez notre espèce, pourrait en partie expliquer l’existence de liens inter-mâles aussi étroits.

« La découverte d’alliances stratégiques et multi-niveaux chez les dauphins mâles est un cas surprenant de convergence qui élargit notre compréhension de l’évolution sociale et cognitive de l’Homme », concluent les auteurs de l’étude.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments