Votre maison pourra bientôt être alimentée en électricité verte par des champignons bioniques

Trouver des moyens propres de produire de l’énergie est une priorité pour les scientifiques, désireux de réduire la dépendance du monde à l’égard des combustibles fossiles. Aujourd’hui, une équipe de chercheurs américains affirme avoir trouvé un moyen de produire de l’énergie respectueuse de l’environnement en utilisant des champignons bioniques couverts de bactéries.

 

Un champignon bionique qui génère de l’électricité verte

Présentes sur terre comme dans les océans, les cyanobactéries sont capables de transformer la lumière en énergie par photosynthèse, une particularité surprenante qui fascine les chercheurs depuis de nombreuses années. Afin de tirer parti de cette caractéristique, un groupe de recherche du Stevens Institute of Technology a fixé des grappes de cyanobactéries productrices d’énergie sur un champignon de Paris en utilisant l’impression 3D, et a ensuite utilisé un réseau d’électrodes pour exploiter l’énergie qu’elles produisaient.

Les cyanobactéries disposent habituellement d’une durée de vie limitée lorsqu’elles sont fixées sur des surfaces artificielles, et les scientifiques ont découvert que les champignons offraient des conditions favorables à leur développement, grâce une combinaison particulière de nutriments et d’humidité qui leur permettait de survivre plusieurs jours. Selon Manu Mannoor et Sudeep Joshi, du Stevens Institute of Technology, cette découverte démontre toute l’étendue des possibilités offertes par ce type de « symbiose artificielle ».

 

De nombreuses applications envisageables

Publiée ce mercredi dans la revue Nano Letters, cette nouvelle recherche pourrait être utilisée pour produire de l’énergie verte, à une époque où le changement climatique suscite de plus en plus d’interrogations. Bien que le champignon bionique en question ne produise qu’une très faible quantité de bioélectricité, les chercheurs tentent actuellement de créer un véritable réseau de champignons afin de produire une quantité d’énergie suffisante pour alimenter une petite lampe.

Comme l’a précisé Manu Mannoor : « Nous cherchons actuellement à développer de nouvelles méthodes d’impression 3D pour assurer des courants électriques plus élevés en utilisant ce type de champignons bioniques. En plus de la production d’électricité, les bactéries possèdent de nombreuses autres propriétés intéressantes que nous allons également chercher à exploiter ». Remplissant de nombreuses fonctions essentielles au sein du corps humain, celles-ci pourraient notamment se révéler très utiles dans le domaine biomédical.


Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux