Image d’illustration — Bjoern Wylezich/Shutterstock.com

Le crâne d’un petit oiseau dinosaure, dont l’apparence est similaire à celle du colibri, vient d’être découvert dans de l’ambre au Myanmar, ancienne Birmanie, par une équipe de chercheurs de l’Académie chinoise des sciences. Très bien préservé, ce morceau d’ambre daterait d’il y a environ 99 millions d’années.

« Il est si bien conservé »

Découvert en Birmanie, ce morceau d’ambre renfermerait le plus petit dinosaure connu jusqu’à présent. Il est également extrêmement bien préservé dans cette résine fossilisée. “J’ai été époustouflée lorsque j’ai vu ce crâne pour la première fois. Il est si bien conservé et tellement étrange. J’étais persuadée qu’il s’agissait d’une rare découverte. Comme tous les animaux enfermés dans l’ambre, il est très bien préservé. On a l’impression qu’il est mort hier, avec tous ses tissus mous piégés dans cette petite fenêtre donnant sur les temps anciens”, a rapporté Jingmai O’Connor, paléontologiste à la Chinese Academy of Sciences et auteure principale de l’étude publiée dans la revue Nature.

Ce petit dinosaure, dont l’apparence et la taille sont similaires à celles d’un colibri, a été découvert dans le nord du Myanmar, ex-Birmanie. Son analyse a permis aux chercheurs d’estimer son âge à près de 99 millions d’années. Il s’agirait d’ailleurs du plus petit dinosaure encore jamais découvert et datant de l’ère mésozoïque.

Son apparence

Appelé Oculudentavis khaungraae, ce spécimen possède des yeux presque exorbités, semblables à ceux du lézard, et une centaine de dents très pointues. C’est la raison pour laquelle les spécialistes le surnomment « oiseau dent-oeil ». Les chercheurs ont également expliqué que ses orbites sont particulièrement étroites. Elles n’auraient donc pu laisser passer qu’une faible quantité de lumière. Cela laisse donc sous-entendre que le petit dinosaure était très probablement plus actif au cours de la journée et bien moins la nuit. Les chercheurs à l’origine de cette découverte l’ont également surnommé “teenie weenie”, autrement dit “tout mini”. Possédant un crâne de seulement 7 mm de long, il serait donc plus petit que n’importe quel oiseau vivant actuellement. Sa mâchoire est tout de même assez imposante, ce qui suggère qu’il pouvait réaliser de puissantes morsures. “Il était sûrement plus petit que le colibri-abeille”, le plus petit oiseau vivant aujourd’hui, a ajouté Jingmai O’Connor. “Il ne ressemble à rien de vivant aujourd’hui, donc nous devons faire preuve d’imagination pour comprendre la signification de sa morphologie. Mais son crâne fuselé, ses multiples dents et ses grands yeux suggèrent que malgré sa petite taille, c’était probablement un prédateur qui se nourrissait d’insectes”, a-t-elle également ajouté.

Sans cette résine fossilisée, nous ne saurions rien de ces minuscules organismes, beaucoup plus difficiles à trouver que les gros. Quand on pense aux dinosaures, on pense à ces immenses squelettes mais actuellement, la paléontologie est totalement transformée par les découvertes de petits fossiles ainsi conservés« , a ajouté Jingmai O’Connor.

Ces dernières années, l’ambre de Birmanie a donné lieu à de surprenantes découvertes”, a précisé Roger Benson, chercheur en paléobiologie. “Il y a encore beaucoup de spécimens à étudier. Et j’espère que d’ici les dix prochaines années, nous pourrons développer des techniques permettant d’accéder à la biochimie des tissus mous. Il y a certainement des fragments d’ADN préservés à l’intérieur… mais il n’y aura jamais un scénario à la Jurassic Park !”, conclut Jingmai O’Connor.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de