— Dani Berszt / Shutterstock.com

Les scientifiques britanniques tentent actuellement de déterminer si la propagation rapide d’une nouvelle variante du coronavirus dans le sud de l’Angleterre est liée aux mutations clés présentes dans cette nouvelle souche.

Explosion du nombre de nouvelles contaminations au Royaume-Uni

Baptisée « VUI – 202012/01 », cette nouvelle variante du virus comprend notamment une mutation dans la région du génome viral codant pour la protéine de pointe (que le SARS-CoV-2 utilise pour infecter les cellules humaines), qui pourrait théoriquement le rendre plus infectieux et accélérer sa propagation au sein de la population. Dans un communiqué, les membres du consortium Covid-19 Genomics UK ont déclaré « procéder à des analyses afin de déterminer si les mutations détectées contribuaient à augmenter sa transmission ».

En début de semaine, le gouvernement britannique a annoncé une augmentation des nouvelles infections au Royaume-Uni, coïncidant avec l’émergence de la nouvelle souche. En l’espace de quelques jours, plus de 1 000 cas de Covid-19 présentant la nouvelle variante avaient en effet été recensés, principalement dans le sud et l’est de l’Angleterre, selon l’agence Public Health England. Toutefois, il n’existe actuellement aucune preuve que cette souche soit plus susceptible de provoquer de graves infections, ou qu’elle rende les vaccins moins efficaces.

Les mutations, ou changements génétiques, surviennent naturellement dans tous les virus, lorsqu’ils se reproduisent et circulent dans les populations humaines. Dans le cas du SARS-CoV-2, ces mutations s’accumulent à un rythme d’environ une à deux mutations par mois dans un pays donné, ce qui sous-entend que plusieurs milliers d’entre elles sont déjà apparues dans le génome du SARS-CoV-2 depuis l’émergence du virus fin 2019.

— creativeneko / Shutterstock.com

Une minorité de mutations susceptibles de modifier le virus de façon significative

Jusqu’à présent, la majorité des mutations observées n’ont eu aucun effet apparent sur le virus, et seulement une minorité d’entre elles sont susceptibles de le modifier de manière significative. En le rendant par exemple plus apte à infecter, plus susceptible de provoquer une forme sévère de Covid-19, ou moins sensible aux défenses immunitaires naturelles ou induites par un vaccin.

« La nouvelle variante a été détectée dans une vaste zone géographique, en particulier dans les endroits où l’on recense un nombre accru de cas » a déclaré Susan Hopkins, de la Public Health England. « Si le fait que le virus évolue n’a rien de surprenant, il est important que nous repérions rapidement tous changements afin de comprendre le risque potentiel qu’ils impliquent. »

COMMENTEZ

avatar
  S’abonner  
Notifier de