— Kateryna Kon / Shutterstock.com

Être infecté par le Covid-19 est loin d’être quelque chose de réjouissant, dans la mesure où cela peut entraîner des symptômes graves et douloureux, et même la mort. Mais être infecté par le Covid-19 est moins dramatique qu’on le pense pour ceux qui ont eu des symptômes légers, dans la mesure où cela pourrait permettre de développer des anticorps qui fourniront une protection contre la maladie tout au long de la vie.

Des cellules productrices d’anticorps détectées dans la moelle osseuse

Depuis le début de la pandémie de Covid-19, de nombreuses questions se posent sur la possibilité de développer une immunité contre le virus. S’il a été de nombreuses fois écarté qu’être infecté par le SARS-CoV-2 et y résister permettait de développer des anticorps de manière durable contre la maladie, il semblerait finalement que cela soit le cas, notamment en ce qui concerne les formes bénignes de Covid-19. Selon les chercheurs de la Washington University School of Medicine, les personnes qui ont eu des cas bénins de Covid-19 ont effectivement développé des cellules productrices d’anticorps qui peuvent durer toute une vie.

Pour aboutir à cette conclusion, les chercheurs ont évalué les niveaux d’anticorps dans les échantillons sanguins de 77 individus à des intervalles de trois mois à partir d’environ un mois après l’infection initiale, a rapporté Futurity. Environ sept mois après l’infection initiale, des échantillons de la moelle osseuse de 18 des participants ont également été analysés. À titre de comparaison, les scientifiques ont aussi analysé des échantillons de la moelle osseuse de 11 personnes qui n’avaient jamais contracté le Covid-19.

Les résultats de l’étude publiée dans la revue Nature ont montré que parmi les 18 échantillons analysés, 15 contenaient des cellules productrices d’anticorps ciblant spécifiquement le virus responsable du Covid-19. Les chercheurs ont également déclaré que ces cellules ont encore pu être trouvées chez les cinq personnes qui sont revenues quatre mois après le premier prélèvement afin de fournir un deuxième échantillon de moelle osseuse. Notons qu’aucune des 11 personnes qui n’avaient jamais eu le Covid-19 n’avait de telles cellules productrices d’anticorps dans la moelle osseuse.

— insta_photos / Shutterstock.com

Une immunité qui peut encore être renforcée avec la vaccination

Il faut savoir que lors d’une infection virale, les cellules immunitaires productrices d’anticorps se multiplient rapidement et circulent dans le sang, entraînant des niveaux d’anticorps très élevés. Malheureusement, la plupart de ces cellules meurent une fois que l’infection est terminée et les taux d’anticorps sanguins chutent. Une petite population de ces cellules productrices d’anticorps – appelées plasmocytes à longue durée de vie – migre vers la moelle osseuse. Une fois installés dans la moelle osseuse, ces plasmocytes sécrètent continuellement de faibles niveaux d’anticorps dans le sang pour aider à se prémunir contre une autre infection avec le virus.

Autrement dit, cela suggère que, parmi les personnes qui ont présenté des symptômes légers du Covid-19, les infections répétées sont probablement rares grâce à la présence des plasmocytes dans la moelle osseuse. « L’automne dernier, il a été rapporté que les anticorps diminuent rapidement après l’infection par le virus qui cause le Covid-19, et les médias traditionnels ont interprété cela comme signifiant que l’immunité n’était pas de longue durée. Mais c’est une mauvaise interprétation des données », a expliqué Ali Ellebedy, auteur principal de l’étude, dans un communiqué. « Nous avons trouvé des cellules productrices d’anticorps chez des personnes 11 mois après les premiers symptômes. Ces cellules vivront et produiront des anticorps pour le reste de la vie des gens. C’est une preuve solide d’une immunité durable », a-t-il ajouté.

Quoi qu’il en soit, les chercheurs ont précisé que ce n’était pas une raison pour ne pas se faire vacciner. Ils ont expliqué que les vaccins permettaient de faire évoluer les anticorps, les permettant d’être encore plus efficaces, a rapporté le New York Times. Par ailleurs l’équipe de chercheurs continue actuellement ses études afin de voir si la vaccination induit également des cellules productrices d’anticorps à longue durée de vie pour les personnes qui n’ont jamais été infectées par le virus, et pour ceux qui ont développé des formes graves de la maladie.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de