Sundays est un court-métrage remarquable sur la quête de la réalité humaine

« Sundays » est un court-métrage qui n’a rien à envier aux plus grands blockbusters américains. Avec un budget limité de 51 000 dollars, le réalisateur Mischa Rozema parvient à nous faire vivre un moment intense en mettant en scène un monde à bout de souffle, prêt à s’éteindre, dans lequel un individu s’interroge sur le fonctionnement de la société et sur la réalité qui l’entoure. SooCurious vous fait découvrir ce court-métrage sensationnel.

« Sundays » est un court-métrage qui fait réfléchir. En reprenant les codes de créations culturelles diverses telles que le film « Matrix » ou encore le célèbre roman « 1984 » de George Orwell, il met en scène un fonctionnaire anonyme qui se rend compte de l’absurdité du monde et de la « fausse réalité » qui l’entoure. Le personnage semble perdre petit à petit les repères essentiels qui régissent nos vies : son identité, l’amour, le bonheur… C’est toute une « réalité » qui s’effondre. Il s’agit là d’un véritable récit contre-utopique qui invite le lecteur à la reflexion. En bref, « Sundays » est un véritable bijou cinématographique.

Côté inspirations, on ne peut s’empêcher de penser à des films cultes lorsque l’on regarde certaines scènes. Comme dit précédemment, l’univers de Matrix semble ressortir amplement de quelques scènes à l’instar du film « Fight Club » dont certaines scènes s’inspirent étrangement.

sundays-film-17

sundays-film-2

sundays-film-3

sundays-film-4

sundays-film-5

sundays-film-6

sundays-film-7

sundays-film-8

sundays-film-9

sundays-film-10

sundays-film-11

sundays-film-12

sundays-film-13

sundays-film-14

sundays-film-15

sundays-film-16

sundays-film-17

« Sundays » est une réussite. Ses images bluffantes et son scénario apocalyptique parviennent à tenir instantanément le spectateur en haleine. Les promesses de ce court-métrage sont telles que la Warner a décidé d’en acheter les droits pour en faire un film. Aimeriez-vous découvrir un long-métrage sur l’univers de ce petit film ?


La plupart des rues au Japon n’ont pas de nom ni de numéro

— @DailyGeekShow