Allégorie de l’autisme, cet oiseau en papier habite et obsède l’esprit d’un garçon dans ce court métrage touchant

« Je m’appelle Nathan » est un vibrant court métrage mettant en scène un garçon contraint de vivre avec un oiseau dans la tête. Derrière une petite animation qui peut paraître anodine, l’auteur a mis en image le mystère de l’autisme. A travers cet oiseau qui ne cesse d’importuner Nathan, c’est toute la souffrance que provoque la maladie qui est dénoncée. Une allégorie émouvante pour comprendre ce qui se passe dans la tête de ces enfants qui ne peuvent nous le communiquer.

En utilisant un oiseau pour symboliser les troubles auxquels doivent faire face les autistes, Benoit Berthe signe un court métrage qui a tout d’un chef-d’oeuvre. Pendant 6 mois, le Français a travaillé sur ce film pour en faire ressortir le meilleur. Défi réussi ! Avec « Je m’appelle Nathan », il met en lumière les mystères qui se cachent derrière l’autisme ou troubles du spectre autistique. Ces troubles qui se caractérisent par des problèmes d’interaction sociale et de communication. L’oiseau qui ne cesse de perturber le garçon et prend beaucoup de place dans sa tête explique le comportement du garçon qui trouve comme seul moyen de calmer l’oiseau, de se balancer sur sa chaise. Le film a, sans surprise, remporté le prix du « MK2, les courts métrages » et est arrivé à la 3e place au festival « Going Underground » de Berlin.

1-court-metrage-autisme

2-court-metrage-autisme

3-Nathan-attend-table

4-oiseau-autisme-tete

5-autisme-enfant

6-oiseau-autisme-prisonnier

7-allegorie-autisme-oiseau

8-reaction-autisme

9-seul-oiseau-garcon

10-citation-calogero-autisme

 

Ce film d’animation touchant crée une réelle empathie et permet de comprendre doucement ce que subissent au quotidien les autistes. A la rédaction, on tient particulièrement à féliciter Benoit Berthe, qui a travaillé sur ce court métrage pendant 6 mois. Vous pouvez d’ailleurs retrouver les autres créations du talentueux français sur son site internet. Et vous, pensez-vous que ce petit film soit une bonne passerelle pour comprendre l’autisme ou qu’il faut sensibiliser davantage à ce trouble ?


Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux