Le hasard fait bien les choses : ce couple se retrouve sur la même photo 11 ans avant sa rencontre

Le hasard est parfois surprenant. Ce couple en a fait l’expérience. En dépoussiérant d’anciennes photographie, ils sont tombés sur un cliché où tous les deux sont présents, onze ans avant leur rencontre. Hasard ou coïncidence, quoi qu’il en soit, cette découverte reste plus qu’inattendue.

Jeu de l’amour et du hasard

Ye et Xue se rencontrent en 2011, ou du moins, c’est à ce moment-là que leur relation devient officielle. Les deux amoureux se sont en réalité déjà croisés onze ans plus tôt. Ils le découvrent ensemble en ressortant chacun des albums photos du placard.

En l’an 2000, le futur couple est au même moment, au même endroit, en train de se faire photographier sur la place du 4 mai, dans la ville de Qingdao. Sur la photographie de Xue, se trouve un homme en arrière-plan, il s’agit de Ye, qui se fait aussi prendre en photo. Le t-shirt bleu de l’homme est facilement reconnaissable sur les deux photographies.

“Si le destin souhaite votre rencontre, vous vous retrouverez. Fussiez-vous séparés par des milliers de lieues. Mais si le destin s’oppose à la rencontre, vous aurez beau être là, face à face, vous resterez étrangers l’un à l’autre”, dicte un proverbe chinois qui prend tout son sens pour ce couple.

Une découverte qui n’a pas manqué de surprendre les mariés

« Elle m’avait déjà dit qu’elle avait été à Qingdao en même temps que moi et qu’elle avait pris des photos sur la place du 4 mai. Mais on ne le savait pas encore. […] Quand j’ai vu la photo, j’ai été très surpris, j’ai eu des frissons… Je me suis reconnu dans la posture. J’avais pris une photo avec cette pose, mais sous un angle différent », déclare le mari.

Comme pour marquer le coup de cette découverte drôle et inattendue, les mariés souhaitent retourner à Qingdao, et reprendre une photo familiale sur la même place, ils l’ont déjà fait ensemble, cette fois-ci, ils seront accompagnés de leurs jumelles.


Les premiers sentiments sont toujours les plus naturels.

— Madame de Sévigné