—Valeria Aksakova / Shutterstock.com

Depuis le début de la pandémie de coronavirus, les médecins ont constaté que la maladie pouvait provoquer certains symptômes inattendus, comme des irritations sur la peau et des engelures. Dans certains cas, le Covid-19 a même causé des AVC. Dans une nouvelle constatation médicale, il a également été découvert que le coronavirus pourrait provoquer des blessures placentaires chez les femmes enceintes.

Lésion et caillot de sang : les effets du Covid-19 sur le placenta

Une petite étude sur des femmes testées positives au coronavirus pendant la grossesse a révélé des signes de lésion du placenta, l’organe qui se développe dans l’utérus de la mère et fournit de l’oxygène et des nutriments au bébé. Les chercheurs de la Northwestern University aux États-Unis ont en effet trouvé des preuves de l’apparition de blessures dans le placenta de seize femmes testées positives au Covid-19 pendant leur grossesse. Cette découverte pointe vers une nouvelle complication associée à la maladie mortelle.

Ces signes de blessures placentaires sont inquiétants, et les scientifiques pensent que les femmes enceintes pourraient avoir besoin d’une surveillance étroite pendant la grossesse. En ce qui concerne ces lésions, la principale constatation indique une augmentation de la perfusion vasculaire maternelle. Cela signifie qu’il y a un flux sanguin anormal entre les mères et leur bébé dans l’utérus. En effet, l’étude publiée dans la revue American Journal of Clinical Pathology a rapporté que la circulation sanguine du côté maternel du placenta fournit anormalement la même quantité d’oxygène au fœtus.

Outre cela, il a également été constaté qu’il y a eu une coagulation du sang dans le placenta. Sur ce fait, le Dr Jeffrey Goldstein, auteur principal de l’étude, a expliqué dans un communiqué : « Il y a un consensus émergent sur le fait qu’il y a des problèmes de coagulation et de lésions des vaisseaux sanguins chez les patients Covid-19. Nos résultats confirment qu’il pourrait y avoir un lien entre la formation de caillots dans le sang et le coronavirus, et cela s’est produit dans le placenta. »

Une étude restreinte et précoce, mais utile

Ces constatations ont été réalisées en effectuant des examens pathologiques du placenta immédiatement après la naissance. À noter que quinze de ces femmes ont accouché de bébés en bonne santé, tandis que l’une d’entre elles a fait une fausse couche. Aucun des bébés n’a été testé positif au coronavirus. « La plupart de ces bébés sont nés à terme après des grossesses par ailleurs normales, vous ne vous attendez donc pas à trouver quoi que ce soit de mal avec les placentas, mais ce virus semble induire des blessures dans le placenta », a expliqué le Dr Jeffrey Goldstein.

« Il ne semble pas induire de résultats négatifs chez les nourrissons nés vivants, sur la base de nos données limitées, mais cela valide l’idée que les femmes enceintes atteintes de Covid-19 devraient être surveillées de plus près », a-t-il ajouté. Les chercheurs ont notamment proposé que les femmes enceintes atteintes de coronavirus soient soumises à des tests non stressants, qui examinent dans quelle mesure le placenta fournit de l’oxygène, ou à des ultrasons de croissance, qui mesurent si le bébé grandit à un rythme sain.

Ainsi, les chercheurs soutiennent que les résultats de leur étude, bien qu’un peu précoces, pourraient aider à déterminer comment les femmes enceintes devraient être suivies cliniquement pendant la pandémie. Ils ont également précisé que le but de l’étude n’est pas de susciter la peur, mais de prévenir au mieux les effets néfastes de la pandémie sur la santé des femmes enceintes et leur bébé.  

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de