— kasarp studio / Shutterstock.com

Avec la propagation de l’épidémie du coronavirus, les étalages des masques de protection et gels hydro-alcooliques ont été dévalisés dans beaucoup d’endroits. Après avoir constaté d’importantes augmentations de leurs prix, la Direction générale de la Répression des fraudes (DGCCRF) a annoncé vouloir enquêter sur les prix de vente des masques de protection et des gels hydro-alcooliques. Des augmentations de prix spectaculaires ayant été constatées, le ministre de l’Économie a annoncé aujourd’hui la mise en place d’un décret d’encadrement des prix des gels hydro-alcooliques.

Alors que Amazon s’est vu obligé de supprimer plus d’un million des masques sanitaires et gels hydro-alcooliques promettant à tort de protéger, voire de soigner les clients contre le coronavirus et qui étaient vendus à des prix exorbitants, la DGCCRF a décidé d’étudier les prix auxquels sont vendus ces produits dans les magasins et pharmacies, comme l’a rapporté Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, le mardi 3 mars dernier.

Après l’augmentation accrue des prix des masques, c’est désormais au tour des gels hydro-alcooliques. “Nous n’accepterons pas la moindre spéculation sur l’épidémie de coronavirus”, a expliqué le ministre, à l’occasion d’un entretien avec les représentants des entreprises à Bercy. “Je demande que le prix du gel ne soit pas multiplié par le contexte. Il l’est parfois et ce n’est pas acceptable.

Après le lancement de cette enquête, Bruno Le Maire avait annoncé être prêt à proposer un projet de décret permettant un encadrement des prix, si des irrégularités étaient constatées. Il avait également appelé les consommateurs à ne pas se ruer dans les différents commerces afin d’éviter des pénuries. Comme des doublements, voire des triplements de prix de ces produits ont été observés ces derniers jours, le ministre de l’Économie a ainsi annoncé ce matin même en direct sur BFM Business qu’un décret d’encadrement des prix de ces produits sera publié ce jour. “Je vous annonce que nous prendrons aujourd’hui le décret d’encadrement des prix des gels hydro-alcooliques.” En effet, par exemple, le gel hydro-alcoolique de la marque Novo’life a vu ses prix grimper de manière spectaculaire en passant de 3,10 euros le 8 février à 25,27 euros le mardi 3 mars, soit une augmentation de plus de 700 %. 

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de