Première mondiale : une cornée artificielle pour l’œil humain imprimée en 3D

C’est une première ! Des chercheurs de l’Université de New Castle parviennent à imprimer en 3D une cornée synthétique. Cette innovation pourrait réduire considérablement la liste des patients, dans le monde, en attente d’une greffe.

 

Première mondiale 

Pour créer une prothèse cornéenne, les deux chercheurs britanniques ont d’abord déterminé la forme d’une cornée humaine. Ils ont ensuite utilisé un appareil photo spécial pour mettre en images le globe oculaire d’un volontaire. L’étape suivante consistait à le modéliser en 3D la cornée et de l’imprimer.

De l’alginate et du collagène ont été mélangés pour créer une bio-encre avant l’impression. « Notre gel permet de garder les cellules souches en vie tout en produisant un matériau suffisamment solide pour qu’il garde sa forme, mais suffisamment souple pour qu’il puisse passer à travers l’embout d’une imprimante 3D. », a indiqué Che Connon, l’un des créateurs de cette prothèse.

Le résultat est semblable à une lentille de contact souple : une prouesse. La réussite d’une forme incurvée et distinctive de la cornée est une première mondiale avec l’impression 3D. Leur technique publiée dans la revue Experimental Eye Research doit encore passer des tests de sécurité. Les chercheurs souhaitent aussi retravailler le processus d’impression. Cette invention reste toutefois un espoir pour les millions de personnes dans le monde touchés par une maladie cornéenne.

Réduire les listes d’attente de greffe de cornées

La cornée est une partie du globe oculaire. Ce tissu transparent se trouve juste devant l’iris et la pupille. Les dommages de la cornée liés à une blessure ou une infection peuvent altérer la vision, ou amener à la cécité. Selon l’OMS, les maladies cornéennes sont la quatrième cause de cécité dans le monde. En France, l’agence biomédecine annonçait dans son rapport annuel de 2016 une liste d’attente de 5 912 patients pour une greffe de cornée, un chiffre en augmentation de 245 personnes en comparaison de l’année précédente.

Actuellement, pour ce genre de cas, le remplacement des cornées endommagées par des cornées saines en provenance de donneurs décédés est l’unique moyen utilisé. Cette technique limite le nombre de patients ayant la possibilité d’être soigné.

La production de prothèses cornéennes synthétiques peut être la solution si elle s’avère, au fil des études, sans risques. Les chercheurs énoncent la possibilité d’imprimer 50 cornées artificielles en cultivant les cellules d’une cornée fournie par un donneur, une bonne nouvelle !


Le fondateur du prix Nobel était fabricant d’armes

— @DailyGeekShow