Rama / Creative Commons

Fondé par Sargon d’Akkad, l’empire akkadien a dominé la Mésopotamie entre le 24e et le 22e siècle avant notre ère. Mais vers l’an -2200, l’empire s’est soudainement effondré et les grandes cités-États de la région sont restées désertes pendant près de trois siècles avant qu’un nouveau peuple ne s’y installe. Si les causes de ce déclin sont restées plus ou moins mystérieuses pendant de nombreuses années, on a récemment pu en savoir plus grâce à l’examen de coraux fossilisés.

De nouveaux indices trouvés grâce à l’étude des coraux

Le docteur Takaaki Watanabe, auteur principal de l’étude et chercheur au département des sciences de l’histoire naturelle de l’université de Hokkaido, a expliqué que son équipe a « procédé à des reconstructions paléoclimatiques de la température et des changements hydrologiques des zones autour du site archéologique de Tell Leilan, centre de l’empire akkadien ».

Pour ce faire, les chercheurs se sont basés sur l’analyse géochimique de coraux fossilisés vieux de 4 600 ans à 3 000 ans provenant de gisements de tsunamis dans le golfe d’Oman. Les données ont ensuite été comparées avec celles de coraux provenant d’autres régions plus jeunes.

Et selon les résultats de l’expérience, l’empire aurait fait face à plusieurs périodes de sécheresses extrêmes ainsi qu’à des vents violents accompagnés de tempêtes de sable et de poussières durant un hiver prolongé.

Des faits liés à l’événement climatique de 4200

D’après Watanabe, ces conditions climatiques auraient provoqué des problèmes agricoles majeurs, ce qui a occasionné une instabilité sociale. « Bien que l’invasion de la Mésopotamie par d’autres populations soit la cause officielle de l’effondrement de l’empire akkadien, nos échantillons de fossiles sont des preuves démontrant que les variations climatiques ont considérablement contribué au déclin de l’empire », a ajouté le docteur.

Les longues périodes de sécheresses n’ont pas uniquement touché la Mésopotamie, mais ont également affecté le reste de la Terre. Connue par les géologues sous le nom d’Événement climatique de 4200, c’est l’une des plus sévères périodes de sécheresses de l’Holocène, l’époque géologique s’étendant sur les 10 000 dernières années. Et en dehors du déclin de l’empire d’Akkad, cette dernière a entraîné la fin d’autres civilisations dont celle de la civilisation de la vallée de l’Indus.

COMMENTEZ

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de