— Labrador Photo Video / Shutterstock.com

Le conseil municipal de Copenhague, qui est la capitale et la plus grande ville du Danemark, a récemment pris une décision qui risque de grandement impacter sur la ville et le quotidien des danois. En effet, ils ont décidé de mettre des arbres fruitiers publics dans tous les endroits ayant besoin de verdures dans la ville. Les plantes comestibles seront au centre de ce projet.

Chercher les ingrédients dans l’arrière-cour

Astrid Aller, conseillère municipale de Copenhague du Parti socialiste du peuple, qui a dirigé l’initiative a déclaré que la mise en place de ce verger urbain interactif permettra de connecter les résidents à leur communautés. Elle déclare dans Atlas Obscura:

Nous considérons la ville comme quelque chose que nous possédons tous. Nous voulons que toute cette zone détenue collectivement soit quelque chose que les gens puissent utiliser et avec laquelle ils puissent interagir.

Cette initiative ne vise pas seulement à encourager les habitants à mieux exploiter les biens et milieux publics, elle vise également à avantager les produits locaux. Surtout qu’actuellement, la nouvelle cuisine nordique ou New Nordic Cuisine, qui est un style culinaire axé sur les ingrédients locaux en Scandinavie, qui est très à la mode en ce moment au Danemark, amène les résidents à utiliser des produits et des aliments qu’ils peuvent trouver dans leur arrière-cour.

Selon Mikkel-Lau Mikkelsen, responsable du programme chez Vild Mad, une organisation qui éduque les gens sur les avantages écologiques et gastronomiques de la recherche de nourriture, « la recherche de nourriture connecte les gens avec ce qui les entoure ».

Pour aider les danois à découvrir la nature qui les entoure et à trouver les ingrédients qu’il leur faut, Vild Mad a lancé une application qui peut guider les utilisateurs à travers les paysages. De plus, l’application peut également proposer des idées de menus aux utilisateurs.

Néanmoins, il faut savoir qu’au Danemark, les lois permettent aux citoyens de récolter de la nourriture sur les terres publiques depuis le Moyen Âge. Ils sont même autorisés par la Loi à récolter des aliments sur des terres privées, du moins, tant que c’est sur le sentier.

— Fotokostic / Shutterstock.com

Donner une alternative aux citoyens à l’agriculture industrielle

Cette initiative a également pour objectif de lutter contre l’agriculture industrielle. Comme l’explique Astrid Aller, « nous avons besoin d’une bonne compréhension des systèmes alimentaires et de la provenance des aliments ». Pour ce faire, la conseillère municipale à proposer des zoos urbains où les enfants peuvent interagir avec les animaux de la ferme comme les vaches ou encore les porcs.

Néanmoins, tous ne sont pas optimistes à l’idée de rechercher de la nourriture dans le milieu urbain. Certains disent que les fruits des arbres peuvent pourrir sur les pistes cyclables et les rendre glissant ou encore attirer les guêpes. D’autres avancent également que cette initiative coûterait cher en entretiens.

Toutefois, la conseillère réplique qu’avec un aménagement paysager intelligent, la mobilité ne serait pas un problème. Par exemple, les pruniers pourront être plantés dans les parcs plutôt que sur les trottoirs. Quant aux guêpes, Astrid Aller déclare que « lorsque nous acceptons une sorte de biodiversité, cela se fera au détriment d’un certain confort car certains animaux et certains insectes sont agaçants ».

Selon Mikkelsen, ce regain d’intérêt pour les produits locaux peut non seulement connecter les habitants à leur environnement, découvrir les ingrédients qu’ils ont sous le nez et même les amener à devenir des meilleurs protecteurs de l’environnement. Pour Astrid Aller, il ne fait aucun doute que « si nous prenons soin de la nature, elle prospérera et nous en bénéficierons ».

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de