Distanciation sociale
— Carlos Huang / Shutterstock.com

Les résultats d’une étude réalisée par Harvard sont déroutants. En effet, il se pourrait que la distanciation sociale doive se poursuivre jusqu’en 2022 aux États-Unis. Cette mesure permettrait de maîtriser définitivement le coronavirus.

Quelles sont les conclusions de l’étude ?

Pour arriver à ces résultats, une équipe de scientifiques d’Harvard a décidé de modéliser la trajectoire de la pandémie en fonction des données existantes. Publiée dans la revue Science, l’étude est aujourd’hui rendue publique et de nombreuses questions quant au déconfinement se posent. Si le coronavirus devient un virus saisonnier comme la grippe, il est fort probable que des périodes de confinement soient mises en place. Ce cas de figure est privilégié en l’absence de traitements contre le Covid-19.

Ces périodes permettraient aux hôpitaux d’augmenter leur capacité d’accueil pour être dans la mesure de soigner tous les malades. Il s’agit ainsi d’osciller entre confinement et déconfinement jusqu’en 2022. Cette solution peut permettre l’immunisation progressive de la population, tout en prévenant une nouvelle vague de contaminations. Il faut donc s’attendre à ce que de nombreuses personnes tombent malades. L’immunité collective va se construire progressivement et nous pourrons maîtriser le virus pour de bon.

Quel scénario devons-nous suivre ?

Avec le peu de connaissances dont nous disposons sur le virus, plusieurs hypothèses voient le jour. Ainsi, le groupe de scientifiques suppose que des périodes de distanciation sociale trop longues n’est pas la bonne méthode à suivre. Selon eux, « la distanciation sociale était si efficace que pratiquement aucune immunité de la population n’est construite ». Autrement dit, plus la population tombe malade, moins le virus pourra circuler car nous serions immunisés. Par ‘distanciation sociale’, les scientifiques parlent d’un isolement total ou d’un mètre de séparation entre chaque personne.

Lors d’une conférence de presse téléphonique, Stephen Kissler (un des auteurs de l’étude) déclare qu’« une mesure ponctuelle de distanciation sociale sera probablement insuffisante pour que l’incidence du SARS-CoV-2 reste dans les limites de la capacité des services de réanimation aux Etats-Unis ». Mais des interrogations subsistent. Nous ne savons pas si nous allons développer une immunité longue ou courte, ni la durée de vie du virus sur les objets.

Ce qui est certain, c’est que la disparition du virus ne va pas avoir lieu du jour au lendemain, nous allons devoir affronter plusieurs vagues avant de nous en sortir. Que pensez-vous de ces résultats ?

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de