Gravure tirée de l’ouvrage « Les cinq sens » de Frederick Bloemaert, d’après Abraham Bloemaert (1632-1670) — © Rijks Museum

Une récente analyse d’ossements de personnes décédées au cours du XIXe siècle dans un petit village rural du nord des Pays-Bas suggère que les femmes de cette communauté agricole ne donnaient pas le sein.

Rectifier les données historiques

Dans le cadre de travaux publiés dans la revue PLOS One, Andrea Waters-Rist et ses collègues de la Western University au Canada ont analysé les ossements d’environ 500 personnes décédées entre 1830 et 1867 à Middenbeemster, récemment exhumés à l’occasion de la construction d’une extension pour l’église locale, empiétant sur le cimetière adjacent.

Disposant également de certificats de décès pour la moitié des défunts, l’équipe souhaitait en savoir plus sur le régime alimentaire des femmes et des enfants de cette ancienne communauté, qui était principalement composée de producteurs laitiers.

« L’une des principales raisons de ce type de recherche est de rectifier les données historiques concernant la vie des femmes et des enfants », explique Waters-Rist. « L’archéologie traditionnelle s’est concentrée sur les activités des hommes et considérait généralement les femmes comme des acteurs passifs. »

L’équipe a pu déterminer si les enfants avaient été allaités en analysant les isotopes chimiques présents dans leurs os (ceux ayant reçu le sein présentant des rapports d’isotopes de carbone et d’azote différents de ceux de leur mère). Sur les 20 enfants décédés avant l’âge d’un an, 15 ne présentaient aucune trace d’allaitement, tandis que les cinq autres ne semblaient pas l’avoir été longtemps. L’analyse des ossements des 35 enfants décédés entre 1 à 6 ans a de son côté révélé que 29 d’entre eux n’avaient jamais reçu le sein.

Femme trayant une vache dans une étable par Gerard ter Borch (1617-1681) — Google Cultural Institute

Des journées de travail harassantes

Selon les auteurs de l’étude, une telle tendance serait étroitement liée aux journées harassantes de ces femmes, qui travaillaient principalement dans les fermes du village où elles passaient de longues heures à s’occuper du bétail.

« Cela souligne la dureté du labeur de ces femmes, qui étaient très occupées, mais disposaient en permanence de lait de vache frais », souligne Waters-Rist. « C’est la première fois qu’un tel phénomène est observé au sein d’un communauté agricole de l’époque. Jusqu’à présent, celui-ci n’avait été documenté que dans les très grandes villes, où les femmes travaillaient dans des usines et ne pouvaient emmener leurs bébés avec elles. »

« Les conclusions de cette étude sont intrigantes pour une communauté agricole où les mères et les nourrissons n’auraient pas passé de longues périodes séparés », commente Ellen Kendall de l’université de Durham au Royaume-Uni. « Ces résultats concernant uniquement des enfants décédés avant l’âge de six ans, cela pourrait également signifier que ceux n’ayant pas été nourris au sein présentaient un risque de mortalité précoce plus élevé. »

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments