Un bel exemple : ce collège a réduit de 40 % son gaspillage alimentaire grâce à la permaculture

Dans les écoles, collèges et lycées, l’un des plus gros fléaux auxquels nous devons faire face est le gaspillage alimentaire. Chaque année, c’est pas moins de 150 000 tonnes de déchets qui sont jetés par les cantines scolaires françaises. Un chiffre très haut qui pourrait pourtant être facilement diminué par des gestes simples quotidiens. Un collège de Gironde a utilisé la permaculture et a réussi à réduire son gaspillage.

QU’EST-CE QUE LA PERMACULTURE ?

La permaculture est un terme que l’on entend de plus en plus au détour des conversations mais que l’on voit également paraître dans de nombreux ouvrages. Toutefois, même si l’on connait le mot, l’on ne connait pas vraiment la signification de ce mot ni les principes qu’il implique.

La permaculture est en fait une méthode de jardinage qui vise à recréer des espaces auto-suffisants et respectueux de l’écosystème. Les cultures se font sans aucun pesticide et les méthodes employées s’inspirent du savoir faire de nos ancêtres. Le but final étant de devenir auto-suffisant dans nos productions et consommations sur nos ressources. Cela ne s’applique toutefois pas qu’aux plantes, on peut utiliser la permaculture également dans la construction d’habitations.

DES GESTES SIMPLES POUR DE BONS RÉSULTATS

Au départ, le collège Fontaines de Monjous produisait pas moins de 150 kg de déchets alimentaires par jour à cause du gaspillage des 650 élèves à la cantine. Le personnel et les professeurs du collège ont décidé de réduire ce poids en instaurant la permaculture dans leur quotidien. Pour ce faire, ils ont fait construire aux élèves, dans le cadre du cours de technologie, un poulailler qui abrite aujourd’hui 7 poules et ont mis en place un potager de 200 mètres carrés dans lequel ils font pousser plusieurs variétés de légumes.

Après chaque repas, les enfants trient leurs déchets, mettant de côté tout ce qui n’a pas de sauce et tout ce qui n’est pas de la viande (car cela attirerait les nuisibles). Ce qui est trié est donné à manger aux poules qui en échange fournissent des oeufs (mangés par les professeurs à cause des risques de salmonelle) et ce qui n’est pas mangé par les poules va dans le compost qui servira pour le potager.

Chaque jour, les élèves doivent à tour de rôle arroser le potager, donner de l’eau aux poules, les nourrir ainsi que récolter les oeufs et les dater. Au final, le collège a réussi à diminuer de 40 % sa production de déchets dus au gaspillage. Mais les bénéfices ne s’arrêtent pas là car, en mettant la main à la pâte, les enfants apprennent beaucoup de choses et certains développent aussi un goût pour les légumes maintenant qu’ils savent d’où ils viennent et que ce sont eux qui les ont fait pousser. Un exemple à suivre.


Avant d’être une femme politique, Angela Merkel était physicienne et chimiste

— @DailyGeekShow