Un pas de plus vers le clonage humain ? Des chercheurs viennent de cloner deux primates en Chine

Des chercheurs ont réussi à créer deux primates génétiquement identiques en usant de la même technique qui servit à concevoir la brebis Dolly, premier mammifère cloné de l’histoire. Une découverte révolutionnaire qui pose également de nombreuses questions éthiques…

 

Zhong Zhong et Hua Hua, dignes héritiers de Dolly

Si le titre de premier primate « cloné » revient à Tetra, un macaque rhésus issu d’une technique plus limitée appelée « division de l’embryon », la naissance de Zhong Zhong et Hua Hua demeure véritablement une découverte scientifique historique. Ces deux macaques crabiers ont été créés via un clonage somatique. Une méthode déjà adoptée pour faire voir le jour à Dolly, une brebis apparue en 1996 et décédée en 2003.

Jusqu’ici, le clonage somatique, ou « transfert de noyau », a été appliquée à 23 espèces de mammifères : du cheval au chat en passant par la vache, la souris, le cochon ou le chien, un grand nombre d’animaux ont déjà été clonés. Mais en près de 20 ans, la communauté scientifique ne parvenait pas à cloner les primates de cette façon.

Cette méthode de clonage consiste à transférer le noyau d’une cellule (de peau, de muscle…), constituée d’ADN, à un ovocyte non fécondé dont le noyau a été retiré préalablement. Une fois ceci fait, les chercheurs envoient une impulsion électrique à l’ADN contenu dans la cellule. L’ADN se reprogramme donc et forme un embryon. Embryon que les scientifiques implantent dans l’utérus d’une mère porteuse. En guise de résultat, l’animal qui naît présente donc le même ADN nucléaire que celui qui en est à l’origine : c’est donc son clone.

Le clonage somatique est une avancée majeure pour la science. Théoriquement, il permet de développer un nombre infini de clones. La méthode de « division de l’embryon », que les chercheurs adoptent lorsqu’ils séparent un embryon après sa fertilisation, ne permet quant à elle que le développement de quatre clones issus d’un même individu.

Dolly, le premier mammifère cloné de l’Histoire.

 

De très nombreuses tentatives

Dans leur étude publiée dans la revue scientifique Cell, les chercheurs chinois expliquent avoir eu quelques difficultés à réussir leur exploit. « Nous avons essayé plusieurs approches différentes mais une seule a fonctionné », a déclaré Muming Poo.

Ils ont d’abord tenté de prélever les cellules de macaques adultes. Sans succès : deux primates sont en effet nés mais n’ont pas survécu. Ils ont donc décidé d’utiliser des cellules de foetus de macaques – à 79 reprises pour être précis. Les chercheurs les ont toutes implantés à 21 mères porteuses. Six d’entre elles sont tombées enceintes, mais seuls deux macaques sont nés : Zhong Zhong et Hua Hua.

 

Le clonage humain, prochaine étape ?

La réussite de cet exploit scientifique pose forcément la question du clonage humain. Si vous ne le saviez pas déjà, l’Homme fait en effet partie de l’ordre des primates. Le macaque étant génétiquement proche de lui, le succès qui couronne les scientifiques chinois annonce d’ores-et-déjà un débat en profondeur dans la société. Le même débat qui avait eu lieu lors de la naissance de Dolly.

« On peut, en principe, cloner des humains », prévient Muming Poo. « Je pense que personne ne veut cloner des êtres humains, la société ne le permettrait pas [mais] une fois qu’une nouvelle technique apparaît, le risque d’une mauvaise utilisation existe ». M. Poo a tout de même précisé à National Geographic qu’il n’y avait « aucune raison à cloner les humains pour le moment. Il doit y avoir une discussion internationale sur le sujet. »

Selon le chercheur, ce clonage somatique profite surtout à la recherche. En utilisant des animaux génétiquement identiques, la communauté scientifique peut plus facilement tester différents traitements. De nombreux macaques présentent par exemple des gênes liées à la maladie d’Alzheimer ou Parkinson.

Dans tous les cas, le clonage humain est, techniquement, possible. Les pays du monde entier doivent se pencher sur la question afin de créer des règles et des lois pour éviter d’éventuelles dérives vers le clonage de l’Homme.

Dans le film The Island, les clones humains sont nombreux…

En 1950, l’Inde a refusé de participer à la Coupe du Monde de Football parce qu’il fallait porter des chaussures

— @DailyGeekShow