— © KarinTeichmann / Commons Wikimedia

L’air que nous respirons devient de plus en plus pollué, surtout dans les grandes villes. Face à cet état de fait, la ville de Londres a décidé de remédier – au moins en partie – au problème en installant des arbres artificiels pour assainir l’air.

Un seul City Tree équivaut à 275 arbres

Le Waltham Forest Council a ainsi installé deux City Trees permanents à l’extérieur de la gare de Leytonstone et un autre sur la High Road pour améliorer la qualité de l’air. C’est la société allemande Green City Solutions qui a créé le City Tree. Selon la description du fabricant, c’est un système d’épuration d’air extérieur autonome fait de mousse. Il utilise ainsi la biotechnologie pour imiter les avantages de la réduction de la pollution réalisée par « environ 275 arbres urbains ».

Concernant le mode de fonctionnement de la structure, chaque City Tree est autonome et contient un réservoir d’eau, des systèmes d’irrigation et des capteurs pour surveiller la croissance des plantes. Le tout est alimenté par une combinaison de panneaux solaires et de batteries internes. Le City Tree a été conçu pour être capable d’éliminer divers agents polluant l’air tout en produisant de l’oxygène.

Les City Trees sont ainsi surnommés « les premiers filtres à pollution biotechnologiques au monde ». L’un des avantages que représentent les City Trees réside dans le fait qu’ils n’occupent pas beaucoup de place, ce qui ne serait pas le cas si l’on plantait 275 arbres dans la ville. De plus, contrairement aux vrais arbres, les City Trees fonctionnent durant l’hiver. À cela s’ajoute le fait que le système collecte également des données environnementales qui permettent de suivre ses capacités réelles.

Vers une utilisation plus généralisée des City Trees et d’autres systèmes similaires

Cllr Clyde Loakes, le chef adjoint du Waltham Forest Council, a notamment déclaré : « Les deux City Trees de la station de métro Leytonstone et un autre sur Leytonstone High Road sont des ajouts permanents à l’arrondissement et à Londres dans notre lutte contre la mauvaise qualité de l’air. Je suis ravi que Waltham Forest ouvre de nouveau la voie à l’amélioration de la qualité de l’air et à la lutte contre le changement climatique à Londres. »

Il est à savoir que Londres n’en est pas à ses premiers essais quant à l’utilisation des City Trees. En effet, un de ces filtres à air biotechnologiques avait été installé dans le West End au mois de mai 2018. Par ailleurs, Londres n’est pas la seule ville où de tels systèmes ont été implantés. Des structures similaires ont déjà été utilisées dans d’autres villes, notamment à Berlin et à Hong Kong. D’ailleurs, des City Trees ont également été testés à Paris en 2016.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de