— geniusksy/Shutterstock.com

Une bonne nouvelle pour notre planète : l’Agence internationale de l’énergie (AIE) a annoncé que les émissions de dioxyde de carbone liées à l’énergie ont stagné au niveau mondial. Mieux encore, il a été observé une chute spectaculaire de C02 lié à l’électricité en Europe.

Une baisse de 12 % des émissions de CO2 liées à l’énergie en Europe

Au cours des dernières années, de nombreux pays et entreprises européens ont investi beaucoup d’argent pour assurer la transition au profit de l’énergie verte. En effet, les usines de charbon dans les pays comme l’Allemagne, l’Espagne, les Pays-Bas, le Royaume-Uni et l’Italie sont en train de disparaître pour laisser la place aux énergies solaire et éolienne, mais également à l’énergie nucléaire. La France n’est pas en reste dans la mesure où la production d’électricité et les émissions de CO2 qui l’accompagnent ont décliné en 2019.

Certes, l’Europe est encore loin d’avoir atteint ses objectifs en matière d’énergie verte, mais cette chute de 12 % des émissions de CO2 liées à l’électricité est une excellente nouvelle. Cette franche évolution a notamment été constatée grâce à une récente étude réalisée par les think tanks, Agora Energiewende et Sandbag. Il est également nécessaire de préciser que c’est la première fois en 30 ans qu’on observe une telle baisse.

En effet, selon l’étude réalisée par les deux think tanks, c’est la première fois depuis 1990 que la production d’énergie émet si peu de CO2. Et pour la toute première fois également, les centrales éoliennes ont produit plus d’énergie que les centrales à charbon. En effet, 35 % de l’électricité en Europe provient de l’énergie renouvelable, dont 18 % provenant de l’énergie solaire et éolienne.

Le niveau d’émission de CO2 mondial est resté stable

Au niveau mondial, il a été observé que les émissions de CO2 liées à l’énergie sont restées stables. Selon les recherches menées par l’AIE, les émissions mondiales sont restées à environ 33 gigatonnes en 2019, et ce, malgré une croissance de l’économie mondiale de 2,9 %. C’est notamment aux États-Unis qu’on a observé la plus forte baisse d’émissions de CO2 par pays sur tout secteur confondu, avec une baisse de 140 millions de tonnes.

Du côté de l’Union européenne, il a été observé une baisse de 160 millions de tonnes par rapport à 2018, les émissions liées à l’énergie ayant joué un grand rôle dans l’affaire. Une baisse conséquente a également été observée au Japon avec une chute de 45 millions de tonnes des émissions de CO2. Malheureusement, les efforts en la matière ne sont pas mondiaux, et les émissions de CO2 ont augmenté de 400 millions de tonnes dans le reste du monde.

Quoi qu’il en soit, un certain équilibre a été observé, et le directeur exécutif de l’AIE, Fatih Birol, a exprimé dans un communiqué de presse l’espoir que les émissions annuelles de CO2 diminuent à l’avenir. Par ailleurs, l’AIE organise un sommet à Paris prévu pour le 9 juillet 2020. Ce sommet se focalisera essentiellement sur les transitions énergétiques ainsi que sur le fait de trouver des solutions et des initiatives pour accélérer le mouvement.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de