― Liu zishan/ Shuttersotck.com

C’est une décision que les spectateurs attendent impatiemment : la refonte de la chronologie des médias. Jean Castex a évoqué une évolution de la situation « très vite ». À quoi doit-on s’attendre ?

Qu’est-ce que la chronologie des médias ?

Pourquoi un film sorti en 2019 au cinéma n’est pas disponible sur Netflix alors qu’il l’est aux États-Unis ? Tout simplement parce qu’il obéit à la chronologie des médias. Cette loi oblige les oeuvres cinématographiques à respecter des délais, avant d’être diffusées sur les plateformes. Il faut :

  • 4 mois après la sortie au cinéma pour sortir en DVD/Blu-ray ;
  • 8 mois pour être diffusé à la TV sur les chaînes payantes avec un accord ;
  • 17 mois pour être diffusé à la TV sur les chaînes payantes sans accord ;
  • 22 mois pour passer à la TV sur les chaînes gratuites ;
  • 36 mois pour atterrir sur les plateformes de streaming ;
  • 44 mois pour être disponible sur les plateformes de VOD gratuites comme YouTube.

Durant le confinement, de nombreux abonnés se sont plaints de cette loi qui désavantage les plateformes. Fort heureusement, le Premier ministre a entendu ces plaintes et s’engage à faire bouger les choses dans les mois à venir. En effet, croyant aider le cinéma, cette loi l’empêche en réalité de partager et diffuser des créations sur différents supports. Ce qui gêne les spectateurs, c’est surtout le délai très long avant la possibilité d’exploiter l’oeuvre.

Quels changements à venir ?

La chronologie des médias a même poussé Disney à vouloir sortir directement leurs oeuvres sur Disney+ au lieu de passer par la case cinéma. En effet, le studio ne peut même pas mettre en ligne le nouveau film Star Wars : L’Ascension de Skywalker sur sa propre plateforme à cause de cette loi.

En plus des plaintes des spectateurs, Jean Castex a entendu les menaces des grandes firmes cinématographiques et compte faire bouger les choses. Il affirme que ce système vieillissant n’est plus avantageux pour les firmes car il ne prend pas en compte les plateformes de streaming. Il conclut par : « On ne peut pas exiger beaucoup des plateformes et leur imposer les délais de diffusion aujourd’hui prévus. »

Le Premier ministre a annoncé une aide de 165 millions d’euros à destination du cinéma et souhaite que « les acteurs rediscutent très vite » de la chronologie des médias.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de