La Chine fait un pas en arrière dans le développement des énergies renouvelables

La Chine vient de faire un bond en arrière dans sa politique environnementale. Alors qu’elle tend de plus en plus à investir dans le solaire et l’éolien, Pékin a décidé de ne plus donner son accord, sauf si les prix concurrencent ceux du charbon…

 

LA CHINE, PREMIER PAYS À PROMOUVOIR LES ÉNERGIES RENOUVELABLES

Depuis quelques années, la Chine est devenue un véritable exemple pour le monde en matière d’énergies renouvelables. Si le pays reste l’un des plus polluants au monde, il multiplie les efforts pour réduire son impact environnemental.

Cet engagement fait qu’il est à l’heure actuelle le premier pays producteur d’énergie solaire et d’énergie éolienne. Mais cela pourrait changer dans les mois à venir à cause de nouvelles conditions liées aux prix de ces énergies.

© Wikimédia / Vinaykumar8687

 

DE NOUVELLES CONDITIONS À REMPLIR ?

La Commission Nationale pour le Développement et la Réforme ainsi que l’Administration Nationale de l’Energie ont mis en place de nouvelles contraintes techniques pour tous ceux souhaitent installer des panneaux solaires ou des éoliennes dans le pays.

Pour obtenir l’autorisation d’exploiter ces énergies, leur prix devra, lors de leur soumission, être inférieur ou égal au prix de référence du charbon (le moins cher du pays, mais aussi le plus polluant).

En plus de cette concurrence au niveau des coûts, les installations devront respecter de nouvelles normes mises en place par la Commission et être capables de gérer leur propre production. Toutes ces règles devraient entrer en vigueur dans le pays d’ici 2020.

© Wikimédia / High Contrast

 

POURQUOI UN TEL VIRAGE ?

S’il semblait déterminé à radicalement changer ses habitudes en matière d’énergies, le gouvernement chinois a dû faire face à des conséquences inattendues. Avec la multiplication des installations, les embouteillages se multiplient sur le réseau de distribution.

Ce ralentissement a généré un gaspillage d’électricité de l’ordre de 12 % de la production éolienne et de 6 % de la production solaire pour l’année 2017. Les projets futurs doivent donc avant tout adapter leur réseau afin d’éviter que de tels problèmes se reproduisent.

© Wikimédia / taylorandayumi

Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux